Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 15:28

Cet article pour Légendes Tahitennes est une brève présentation de l'origine des tahitiens.

Paraita était agenouillé auprès de Oto’e, le vieux sage. La chaleur du four enterré se faisait sentir dans cette nuit sans étoile. Le sage lui avait raconté déjà de nombreuses légendes sur les temps passés, sur la création du monde par Ta’aroa, sur Maui qui pêcha les îles, sur le héros Rata aux multiples voyages... Mais Paraita ne se lassait pas d’écouter comment Tahiti était né. Il demanda donc au sage de lui narrer une nouvelle fois la légende de l’apparition de Tahiti. Oto’e reprit sa respiration et lentement, il commença l’histoire maintes fois répétées: il raconta comment à Havai’i une immense anguille avala la jeune fille Tere-he qui avait brisé un tabou. L’esprit furieux de Tere-he avait possédé le poisson. Le poisson s’était détaché de Havai’i et Ta’i-’a-rapu était monté sur sa tête. Il avait guidé le poisson à son emplacement actuel. Alors qu’il racontait comment les tendons de Tahiti furent sectionnés afin que Tahiti restât à son emplacement, le vieux sage se tut; Paraita dormait. Le vieux sage regarda avec bienveillance le jeune noble. Il se félicitait de l’intérêt de celui-ci pour l’histoire des maohis. Il sera un jour un grand chef, savant et rusé!

Légendes Tahitiennes s’intéresse plus particulièrement à l’archipel de la Société (que nous appellerons archipel maohi dans le jeu, cette dernière dénomination étant plus tahitienne). Il faut néanmoins savoir que les tahitiens (ou maohis) sont des représentants d'un peuple plus vaste qui a conquis les eaux de l'Océan Pacifique, le peuple polynésien. Les origines et les migrations des polynésiens restent un grand sujet de spéculations parmi les archéologues et les historiens. Le principal objet de débat est de savoir d’où vient ce peuple, qui, sans connaître le métal, a colonisé les îles d’un domaine océanique de plusieurs millions de kilomètres carrés. Un autre sujet de débat concerne les flux migratoire au sein de la Polynésie. Parmi toutes les théories avancées, des plus sérieuses aux plus farfelues, quelques éléments de vérité semblent se dégager quant à l’histoire des polynésiens.

L'ORIGINE DES POLYNÉSIENS

Les ancêtres des polynésiens, les austronésiens, sont originaires du sud-est asiatique. On pense aujourd’hui que l’île de Taiwan pourrait être l’origine des peuples austronésiens. Cette hypothèse se fonde sur des évidences linguistiques. La langue polynésienne appartient à la même famille que les langues de Malaisie, d’Indonésie, de Mélanésie ou de Madagascar. De nombreux historiens pensaient que les polynésiens venaient d’Amérique et se sont efforcés par des moyens plus ou moins scientifiques de le démontrer. Un faisceau de preuves (la langue, l’ancienneté des peuplements, la génétique...) démontre le contraire. Les polynésiens sont bien originaires d’Asie. Cependant, des mystères persistent. Le plus éloquent est la présence de la 'umara (patate douce) dans toutes les îles polynésiennes, une plante d’origine américaine.

 

Les peuples austronésiens avaient une grande habileté à la navigation dès les premiers temps de l’histoire. Les premières traces de bateaux de haute mer dateraient de -5000 avant Jésus-Christ. Une civilisation appelée lapita auraient commencé à coloniser la Mélanésie à partir de 2200 avant J.C rencontrant les papous, déjà présents dans cette région. Ils continuèrent leur migration plus à l’ouest et ils atteignirent Tonga et Samoa vers -1200.

 

On appelle cette première civilisation austronésienne Lapita du nom d’un site mélanésien de Nouvelle Calédonie où l’on a trouvé des poteries caractéristiques. Ces poteries sont identiques à celle des premiers polynésiens de Tonga. La civilisation Lapita couvrait donc la Mélanésie, Tonga et Samoa. L’abandon ultérieur de la poterie, sûrement dû au manque d’argile, marque le début de la singularisation de la civilisation polynésienne. Les lapita restés en Mélanésie se seraient fondus aux populations indigènes pour créer la culture mélanésienne.

 

L’étape suivante de l’histoire des polynésiens correspond aux grandes migrations qui eurent lieu, pense-t-on, vers le deuxième siècle avant Jésus-Christ à partir des Samoa et des Tonga. Ces migrations vont amener la colonisation par les polynésiens de l’archipel maohi (Tahiti) et de Te Henua Enata (Iles Marquises). La raison de ce flux migratoire reste inconnue : surpopulation, faits d’aventuriers, guerres, exil ..? Il est possible que plusieurs de ces hypothèses se soient conjuguées. Le nom de la première île à être colonisée reste un point de discorde parmi les spécialistes. Le site d’habitation le plus ancien retrouvé à ce jour se trouve sur un îlot dans le lagon de Maupiti. Il est également possible que les migrants se soient arrêtés lors de leur périple de plus de 1500 kilomètres dans l’archipel austral.

On ne sait pas par quel moyen les samoans de l’époque ont pu atteindre ces poussières dans l’océan infini. Sont-ils partis à l’aventure ou ont-ils eu connaissance de ces terres en y étant déroutés accidentellement ? Sont-ils les rescapés de nombreux essais infructueux ? En tout cas, ils migrèrent en nombre important et emportèrent sur leur terre d’accueil les plantes et animaux qui leur étaient nécessaires : taro, igname, arrow-root, bananier, chien, poulet, rat, porc, etc... ce qui témoigne d’une colonisation volontaire.

LA CONQUETE DU TRIANGLE POLYNÉSIEN

C’est ensuite à partir de Tahiti et de Te Henua Enata (actuelles îles Marquises) que les polynésiens, dans une seconde étape de leur histoire, partirent à la conquête des autres îles du triangle polynésien. Ils atteignirent Rapa-nui vers 500 après J.C, Hawaï vers 600 et enfin Aotearoa, la dernière des grandes migrations, vers 800. Ces trois archipels forment les sommets de l’aire de population polynésienne, appelée triangle polynésien. Ce triangle a des côtés longs de 11000 kilomètres et pourraient contenir trois fois l’Amérique du Nord.

Des contacts semblent s’être longtemps maintenus entre les différentes îles polynésiennes. Avec le temps, ils s’atténuèrent et finirent par disparaître. Des rapports existèrent pourtant durant très longtemps entre archipels éloignés comme Hawaï et Tahiti. Les voyages entre archipels proches ou à l’intérieur d’un même archipel ne cessèrent jamais. Une grande unité culturelle subsistait d’ailleurs entre les différents peuples polynésiens à l’arrivée des européens. Le capitaine Cook fit dessiner à un ari’i (noble) de Tahiti une carte. Sur cette carte figuraient des îles aussi lointaines qu’ Hawaï, Mangareva, Rotuma ou Rarotonga. Les polynésiens embarqués à bord des bateaux européens étaient à même de comprendre leurs interlocuteurs d’îles lointaines et isolées.

L’hypothèse la plus communément admise pour expliquer le mystère de la « patate douce » est que les polynésiens ont atteint les côtes de l’Amérique du Sud (et non l’inverse). Une confirmation archéologique de cette hypothèse a d’ailleurs été trouvée au Chili sous la forme d’os de poulet polynésiens datant du XIVème siècle.

LA FIN DE LA CIVILISATION POLYNÉSIENNE La découverte des îles du Pacifique par les européens au cours du XVIIIème siècle fut une sensation. La vie des polynésiens fut au centre de toutes les curiosités. C’était un peuple semblant vivre très librement dans une nature luxuriante, obéissant à une morale naturelle ... le paradis terrestre en somme. Les qualités nautiques et les connaissances maritimes des polynésiens furent également un sujet d’étonnement. Mais dans le sillage des explorateurs vinrent les missionnaires, les marchands et les baleiniers. La civilisation polynésienne fut très vite anéantie.

Partout le christianisme, les robes missionnaires et la perte des racines s’installèrent avec une grande rapidité. Les maladies européennes, les fusils et le désespoir faillirent vaincre ces peuples. Certains d’entre eux furent même au bord de l’extinction : les Enata (marquisiens) étaient environ 200 000 avant l’arrivée des européens, ils furent réduits à quelques 2 000 individus à l’aube du vingtième siècle. Autre exemple: à Rapa-nui, un bateau péruvien captura en 1862 la moitié de la population dont le roi et tous les lettrés pour travailler dans les mines de guano, seuls quatre revinrent, (avec des maladies européennes) laissant 600 insulaires à l’arrivée des missionnaires.

Mais la colonisation européenne n’est pas le sujet de ce jeu. Nous nous étalerons d’avantage sur la civilisation maohie avant l’arrivée des européens. Nous nous contenterons donc de vous conseiller la lecture des Immémoriaux de Victor Segalen.

SOURCES

Cette civilisation polynésienne a été décrite à la fois par les premiers explorateurs dont le fameux Capitaine Cook, par les missionnaires qui s’implantèrent à Tahiti (les termes utilisées dans le jeu sont d’ailleurs largement puisés dans le livre de Teuira Henry, la petite fille d’un des premiers missionnaires de Tahiti) et par les récits des polynésiens eux-mêmes. L’archéologie apporte également sa pierre à la connaissance de la société polynésienne. Ce jeu s’inspire librement de ces récits et de l’archéologie, il ne s’agit nullement d’une thèse et je me permets à la fois de nombreuses entorses et de combler les trous à la fois de la connaissance de ce monde perdu et de ma propre documentation.

Partager cet article

Repost 0
Published by Arii Stef - dans Légendes Tahitiennes
commenter cet article

commentaires

axel 13/07/2010 05:35


On ne peut pas dire que les Polynésiens viennent du Sud-Est asiatique tant qu'on n'aura pas prouver par les marqueurs génétiques. Le groupe sanguin des Polynésiens A1 n'est pas le même que celui
des Asiatiques -groupe B. Par contre les Polynésiens ont des affinités avec certaines tribus indiennes d'Amérique du Nord en ce qui concerne le gène A1. En partageant la poire en deux on peut dire
que les Polynésiens sont nés dans le centre du Pacifique d'un mélange entre des Indiens d'Amérique du Nord et des Mélanésiens ( dolichocéphale et brachycéphale) que l'on peut prouver par les
composants sanguins. Une étude faite par des Américains ( Prof.Dingemans et Dr Bories ) après guerre confirme ce mélange sanguin.


Présentation

  • : Le blog de Arii Stef
  • : Ce blog consacré aux jeux de rôle sur table a pour objectif de faire partager mon attrait pour des JDRs chers à mon coeur et quelques unes de mes créations dont "Légendes Tahitiennes".
  • Contact

Recherche