Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 11:19
J'ai testé pour vous : Teocali

J'ai testé Teocali en tant que MJ à la dernière soirée one-shot du club.

C'était mon premier essai sur ce jeu : je suis un peu déçu par l'expérience et par le scénario (qui est le scénario du livre de base du jeu). Côté points positifs : l'univers inspiré des aztèques et incas est plaisant / original. J'avais un peu peur que la soumission des personnages à des tabous dont le premier est l'interdiction formelle de tuer soit difficilement jouable et finalement ça ajoute du piquant à la partie. Je craignais aussi que les joueurs soient noyés par les termes précolombiens mais c'est bien passé (j'ai l'habitude de Jorune )

Côté négatif, il y a des choix de règles qui ne me plaisent pas trop et qui ont, je trouve, de vrais conséquences néfastes sur la jouabilité : par exemple le fait qu'un dommage (qu'il soit physique ou sur la réputation) attaque directement la caractéristique pénalise énormément les persos atteints en premier et il n'est pas facile de retrouver son "corps" ou son "respect". La Magie qui est au cœur de la puissance des personnages (les personnages appartiennent aux tribus qui regroupent les pratiquants des grâces, des pouvoirs magiques accordés par les dieux) est vraiment extrêmement limitée par la réserve d'Oa (points de magie) : pour chaque facette (thème de magie), c'est un sort par jour et avec une portée limitée à un jet de pierre. Je pense que c'est un peu frustrant pour les joueurs.
Le scénario me laisse au final assez perplexe également : il favorise l'action et la rencontre (rencontre dans le sens "baston") avec les conquistadores aux dépens de l'immersion dans l'univers.

Je pense que le jeu est plus adapté à une campagne qu'à un one-shot. Par exemple, la confrontation avec les conquistadores ne devrait pas avoir lieu immédiatement : pour avoir envie de défendre son île, sa culture, c'est mieux quand le personnage y ait un peu de vécu, qu'il ait quelque chose à défendre.

Teocali est un jeu de Simon Gabillaud, Coline Pignat et Mathieu Néhémie, édité par Footbridge éditions, sorti en 2012.

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 14:17

Une de mes dernières lectures Jeu de Rôles est Teocali, un jeu de rôle français de l'éditeur Footbridge (la Bible du Meneur de jeu et "prochainement" Légendes de la Garde vf). L’action se situe sur une île – une très grande l’île (500 x 800 km de mémoire) - avec une culture très fortement inspirée des civilisations précolombiennes (aztèques / mayas / incas), confrontée à l’arrivée de conquistadores. A priori, je n’étais pas forcément convaincu par l’approche « c’est historique mais dans un monde imaginaire » et « inspiration mêlant différentes civilisations amérindiennes » mais je dois avouer que le contexte est intéressant et dépaysant.

L’île est un monde en soi, ceint par une brume « magique » et les conquistadores sont vraiment des espagnols qui se sont perdus dans l’Atlantique. On pense au mythe d’Eldorado, surtout que l’or est abondant sur l’île. Les personnages sont des êtres à part, disposant de pouvoirs magiques, les « grâces », et appartenant à l’une des 8 tribus, des confréries affiliées aux 8 dieux principaux (les teotl). Bien sûr la magie existe et les mythes sont (presque) des vérités. Les statues en or qui parsèment l’île ont pour vertu d’aspirer l’âme des morts et au-delà des massacres commis, la soif d’or des conquistadores est catastrophique car elle libère des milliers d’âmes furieuses d’avoir été dérangées et elles hantent les rêves des dormeurs les menant doucement vers la folie.

Autre originalité du jeu, les personnages sont astreints à des « tabous », des lois imposés par les dieux dont le respect est strict. L’interdiction de tuer un être humain et le respect de l’autorité seront sans doute les plus difficiles à respecter pour les personnages, surtout que le dirigeant de l’île a décrété que les envahisseurs étaient des humains. Première réaction : des personnages de Jdr qui n’ont pas le droit de tuer : de qui se moque-t-on ? Deuxième réaction : un monde de gentils sauvages qui ne feraient pas de mal à une mouche contre des méchants blancs qui tuent tout le monde et violent les femmes, un peu caricatural non ? Après réflexion, cette interdiction contrebalance le fait que pour les personnages, la magie fonctionne et pas pour les « pauvres » conquistadores qui n’ont « que » leurs armes à feu et leurs chevaux. Ensuite, le monde de Teocali n’est pas tout rose : dictateur immortel, contrôle social fort, existence de conflits internes et de rebelles, etc… En tout cas, c’est riche et intéressant.

 

Je parlerai peu du système, j'ai toujours du mal à me faire une idée avant utilisation… mais ça a l'air simple. On jette autant de dé que la somme d'un inné (à la fois carac' et jauges) et d'un acquis (compétences). Les résultats pairs constituent des réussites et il faut avoir au moins autant de réussites que la difficulté fixé. A noter que les PNJs ne lancent pas de dés et que le système de magie (les Grâces) combine un cadre assez réglé (portée, cible, points dépensés, ...) et des effets laissant libre cours à l'interprétation... Je ferai un retour plus complet après avoir testé, peut-être lors d'une des futures soirées one-shot du club.

 

Pour aller plus loin : le site du jeu, le site des auteurs et l'émission de la cellule consacrée à Teocali (avec les auteurs)

Repost 0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 14:39

Comme promis, j'ai publé dans la partie scénario du blog (fixe) le scénario de Cold City que j'avais concocté pour la soirée one-shot du club de Blagnac. Il suffit de cliquer ici pour y accéder.

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR Divers
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 22:36

Vendredi dernier, c'était la soirée one-shot du club et j'ai testé en tant que Maître de Jeu Cold City. http://2.bp.blogspot.com/-zelhIiH2OqY/UDX_9XD0J4I/AAAAAAAABLI/f03LvRjU_Wk/s1600/coldlogo.jpg

 

Cold City se déroule à Berlin en 1950 et les personnages sont les agents d'une police multinationale qui traque les monstres échappés des laboratoires secrets des nazis.

 

Une petite présentation du jeu ici et le scénario de mon cru joué lors de cette soirée par là.

 

Les personnages étaient des pré-tirés issus du livre de règles avec quelques changements, excepté le personnage russe, créé par mes soins en prévision d'une présence féminine. La chirurgienne russe a finalement été jouée par un homme et l'officier de commando britannique par une femme :-)

 

Côté système : le système est vraiment simple à prendre en main mais le résultat des tests n'est pas évident à interpréter et dans le feu de l'action, j'ai un peu oublié de laisser les joueurs les interpréter eux-mêmes. Autre difficulté : lors d'action combiné, j'hésitais pas mal entre utiliser la règle de la Confiance et le cumul des Dice Pools.

 

Côté Ambiance : ça a vraiment bien tourné, je pense que tout le monde s'est amusé, le côté "coopération contrainte mêlée de suspicion" et l'aspect "horreur à la Cthulhu" ont bien fonctionné ensemble.

 

Côté scénario : le timing était presque parfait pour un one-shot, entre 4h30 et 5h de jeu en comprenant la présentation du jeu, des personnages et des règles. J'ai quand même accéléré la fin...

 

Une très bonne soirée de jeu de rôles avec un jeu qui paraît très bien adapté au format one-shot !!!

Repost 0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 13:07

Dans cette deuxième partie sur quoi de neuf dans le JDR, je vais vous présenter quelques nouveautés de cette année qui me font bien envie et que j’acquerrai un jour (inch’allah).

 

Plein de sorties et rééditions sont parues ou prévues en 2012 : citons en vrac Luchadores (dans le monde des lutteurs mexicains), Mississipi Burning (les bayous dans les années 20 sur fond de jazz et de vaudou), Bloodlust Métal (le retour d’un des jeux les plus sanglants), l’excellent Devastra (Inde mythique à la sauce manga) dans une 2ème édition, L'Anneau Unique (nouveau jeu dans l'univers du SdA)… mais je vais me concentrer sur ce qui m'inspire le plus : 2 créations françaises parues et 2 traductions à venir.http://img.over-blog.com/460x500/3/31/52/44/Mes-Illustrations/livre-Teocali.jpg

 

Teocali : sorti récemment, ce jeu de l’éditeur lillois Footbridge, a pour cadre un monde imaginaire fortement inspiré par la culture amérindienne, notamment aztèque.  Les personnages habitants de l’île de Teocali sont confrontés à l’arrivée de féroces conquistadores. Les règles ont l’air simples avec une création de personnages sur le mode biographique. L’accent est apparemment mis sur la culture et la religion. C’est donc un jeu historique fantastique comme je les aime avec une nécessaire immersion culturelle pour les joueurs.

 

Keltia : Keltia se situe à la même époque que Yggdrasil avec des règles compatibles mais se situe en Bretagne (la Grande essentiellement) à l’époque du roi Arthur « historique ». L’époque est inspirante, il suffit de voir le nombre de fictions sorties récemment sur un Merlin ou un Arthur plus historique. C’est aussi une période de bouleversement pleine d’événements : invasion angles, saxonnes et irlandaises, bien qu’assez mal documentée historiquement. Intéressant donc...

 

Dans les sorties prévues et attendues, je retiens deux traductions :

 

Légendes de la garde : Ce jeu appelé Mouseguard en anglais a pour cadre l’univers d’une bande-dessinée américaine éponyme. On y joue des petites souris intelligentes (ayant l’échelle d’une souris) dans un monde sans humains à la technologie médiévale. L’originalité du jeu provient aussi de ses règles qui tranchent avec nos vieilles habitudes de jeu : le système « indie » adapté de Burning Wheel adopte le système « tour du MJ / tour du joueur » et met l’accent sur le collaboratif et le fil narratif. Le jeu devrait sortir en fin d’année chez Footbridge suite à une souscription sur Ulule. J’ai la vo que j’ai déjà testée et je suis l’heureux souscripteur de la version boîte française. Une vraie découverte rafraîchissante !

 

 

Eclipse Phase : Ce jeu s’inspire du mouvement de science -fiction dite « transhumaniste ». La science a permis à l’humanité de s’affranchir des contraintes du corps et donc de la maladie et de la vieillesse. Le corps peut être dupliqué, transformé ou changé et l’esprit peut être stocké sur un support numérique. Dans Eclipse Phase, la Terre a été dévastée par des armes de destruction massive contrôlée par des Intelligences Artificielles. L’humanité s’est réfugiée dans l’espace déjà largement colonisé où se développe une nouvelle transhumanité. Ça a l’air passionnant, ça sort en français dans 2D10 mois chez Black Book Editions.

 

Voili, voilou, rendez vous en 2013... 

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR Divers
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 16:32

Je m’aperçois que pas mal d’amis rôlistes occasionnels ou même de confrère de clubs suivent peu ou prou l’actualité rôlistique, les sorties, les news… Je me propose donc de faire un petit tour d’horizon 100% subjectif des nouveaux jeux. Je parlerai essentiellement de vf, la production française que ce soit en création ou en traduction étant particulièrement foisonnante. Je les classe en plusieurs catégories :

- les jeux récents (-3 ans) ayant eu un suivi et un succès conséquents devenus des références

- les nouveautés 2012 qui me font saliver

- les sorties prévues et attendues

 

Commençons donc pour cette première partie sur les jeux récents devenus des références, je me concentrerai sur trois jeux que j’ai lus ou auxquels j’ai joué :

 

- Yggdrasil (Lu) : A la suite du succès du jeu Qin mêlant contexte historique (la Chine des royaumes combattants) et univers Wu xia (les films chinois type Tigre et Dragon), l’éditeur 7ème cercle a sorti un jeu historique fantastique ayant pour thème la Scandinavie au Vème siècle. Cette époque est située avant la période viking et permet de se plonger dans une période classique avec ses scaldes, ses thenns et ses bersekrs en résonnance avec la mythologie nordique (Thor, Odin, Loki et tutti quanti). Côté règles, on dira que le système, bien que relativement classique, ne fait pas l’unanimité. L’aspect fantastique est couvert par la Furor, un trait héroïque permettant de booster ses jets, l’accès à trois formes de magie (dont les runes) et le rôle du Destin. Le suivi a été conséquent : outre le traditionnel écran, l’éditeur a publié trois suppléments : Rois des mers sur l’univers maritime (un passage obligé pour l’ambiance nordique), les 9 mondes décrivant l’univers légendaire des norrois et Uppsala qui s’intéresse à une cité de la Scandia. Chaque supplément délivre un bout de la campagne officielle.

En conclusion, c’est pour vous si :

Vous aimez la mythologie nordique, vous immerger dans une culture historique, suivre les campagnes officielles, fignoler des règles mal testées

 

- Shade (Lu) : Shade propose de jouer des Tenebrosi, des personnages disposant d’une ombre vivante, dans un monde imaginaire, le continent de Neolim, inspiré de la renaissance italienne. L’inspiration est dans l’ambiance et la structure politique (petits états concurrents) mais il s’en écarte énormément par ses aspects fantastiques, religieux, géographiques. L’univers est très original et, on dira, touffu (j’ai dit indigeste ?). Le système détonne car ici point de dés mais des cartes (le jeu classique de 52 cartes). Le fait de disposer d’une ombre vivante n’est pas du tout anecdotique, ni en termes de background, ni en terme de règles. Le suivi est composé principalement d’une grosse boîte contenant l’écran, des aides de jeu et 3 scénarios.

En conclusion, c’est pour vous si :

Vous aimez les univers complexes et complets, la renaissance italienne, jouer des personnages d’exception, vous passer de dés

- Les Ombres d’Esteren (Testé) : Je suis un peu embêté pour vous parler d’Esteren n’y ayant joué qu’une fois mais c’est vraiment un gros carton du moment. L’univers est médiéval fantastique, mais la magie y est discrète et une ambiance d’épouvante pimente le tout. Trois royaumes aux orientations divergentes se partagent le monde de Tri-Kazel. L’un d’entre eux est rallié au culte du dieu unique, le second accueille les magientistes qui professent une science teintée de magie et le dernier est un royaume féodal qui s’accroche à un culte de type druidique. La qualité de la forme participe largement au succès du jeu. Le système basé sur le D6 est simple et efficace, la création de personnage sur la base de profils psychologiques est soulignée sur le net (moi, j’ai joué avec des pré tirés !). Le livre 1 : Univers est la base pour jouer puis a été publié un livre 2 : Voyage détaillant le monde et devrait être suivi par un livre 3 : secrets qui dévoilera … les secrets du monde de Tri-kazil. Il existe également un prologue qui est un kit d’introduction au jeu et un scénario avec quelques éléments de contexte (le monastère de Tuath).

En conclusion, c’est pour vous si :

Vous aimez les beaux livres, les univers avec des protagonistes bien tranchées, les systèmes simples mais bien adaptés pour le jeu, les classiques des mondes médiévaux fantastiques.

 

Pour conclure cet aperçu des jeux récents qui ont la cote, on ne peut passer sous licence la gamme Warhammer 40000. Pas moins de 4 jeux de rôles sont parus sur le monde développé pour le célèbre jeu de bataille avec figurines ayant pour cadre un univers de science-fiction. L’empire humain à la technologie déclinante est dirigé par un empereur immortel aux prises avec d’immondes aliens. Je n’y ai pas joué et je ne l’ai pas lu, ce que je peux en dire c’est que les 3 premiers jeux se concentrent sur des facettes différentes de l’univers : dans Dark Heresy, les personnages sont des inquisiteurs au service de la religion de l’empereur traquant tout signe de déviance ; dans Rogue Trader, le jeu à mon sens qui dispose du plus de potentiel, les personnages dirigent un vaisseau marchand immense qui parcourent les galaxies ; dans Deathwatcher, on joue des Space Marines. Les règles sont adaptées de Warhammer 2.

 

Par ailleurs, on peut citer la série de romans à succès « Trône de Fer » qui a eu son avatar jeu de rôles traduit en français chez Edge ou Z-Corps au 7ème cercle qui surfe sur le revival du Zombie.

 

Un autre phénomène est la réédition de grands anciens : l’Appel de Cthulhu chez l’éditeur Sans Détours retrouve le succès avec une V6 100% française et l’adaptation des campagnes et suppléments mythique comme Delta Green, les Masques de Nyarlathotep…  Warhammer a connu une v3 avec un système complètement remanié et Donjons et Dragons une v4 s'inspirant allègrement de MMORPG (et les deux sont plutôt des bides). Cops le jeu de flic dans un LA futuriste a été réédité chez Hexagonal. Pendragon le jeu arthurien est ressortie en français en v5. Deadlands le jeu qui mêle western et surnaturel est paru cette année chez Black Book Editions en une belle version « reloaded ».

 

Un dernier phénomène pour terminer sont les jeux « clés en main » ou « burst », qui combinent une présentation d’univers, un système et une campagne dans le même livre. Deux éditeurs français s’en sont fait les spécialistes (XII Singes et John Doe). Parmi les titres de cette tendance, citons Notre Tombeau (horreur), Khaos 1792 (l’époque révolutionnaire revisitée), Asgard (on y joue les avatars des dieux nordiques), Deadline (fin du monde), 2012 : Exctinction (encore fin du monde) ou Hellywood (mêlant polar et surnaturel).

 

Pour conclure, signalons l'explosion des jeux narrativistes et indies, des termes assez mal définies qui regroupent des jeux avec des mécanismes de jeu innovants. Ces innovations portent sur les systèmes de jeu, les ambiances et buts de jeu ou souvent sur une remise en cause des rôles respectifs des meneurs et joueurs. Dans les plus connus citons Fiasco, Apocalypse World, Cold City ou Burning Wheel.

Le monde du jeu de rôles a donc bien bougé ces dernières années. Y en a pour tous les goûts alors reprenez vos dés !

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR Divers
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Arii Stef
  • : Ce blog consacré aux jeux de rôle sur table a pour objectif de faire partager mon attrait pour des JDRs chers à mon coeur et quelques unes de mes créations dont "Légendes Tahitiennes".
  • Contact

Recherche