Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 10:20

Je suis à Toulouse depuis maintenant plus trois mois. Beaucoup de peinture, de ponçage et de bricolage divers et peu de JdR. J'ai quand même intégré une campagne de Rune Shui dans un club de Blagnac à un rythme d'une partie par mois (que je n'arrive même pas à suivre).

 

Mais qu'est ce donc que Rune Shui ? Il s'agit de l'univers de RuneQuest  (Glorantha) avec les règles de Feng Shui. Le cadre de la campagne se situe dans la passe des dragons du vivant de Sartar. Les PJs appartiennent tous à des clans orlanthis. Le ton est plutôt très héroïque avec une importance forte de sliens sociaux et familiaux.

 

Pour ma part, je joue un Seigneur des Vents Poljoni, en traduction pour les non gloranthophiles : un membre d'un clan de cavalier des steppes vénérant le dieu du vent Orlanth. Plus d'infos ICI.

 

Pour le blog, je travialle toujours à un version écrite de la campagne Fading Suns relatée par mes joueurs dans ces pages.

 

A+

Repost 0
Published by Arii Stef - dans Le Blog
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 16:47

Dans les pages du blog, j'ai intégré quelques présentations de jeux. Après Jorune et Légendes Tahitiennes, j'ai souhaité décrire pour les nombreux joueurs qui malheureusement ne connaissent pas ou n'ont jamais pratiqué Fading Suns une présentation de ce jeu que j'ai beaucoup fréquenté comme MeuJeu.

 

C'est ICI.fs.jpg

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Fading Suns
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 19:37

Le blog est un peu mort en ce moment. Deux raisons à cela : http://www.hobbyjapan.co.jp/wh/img/career/bc_kislevite_kossar_web.gif

- côté JdR, je me contente d'un rôle de joueur. Je joue un Kossar Kislévite (cf illustration) devenu Sergent entre temps.

- côté perso, un déménagement à l'autre bout de la France est en perspective et mon temps libre est bien occupé

A bientôt Inch'allah...

Repost 0
Published by Arii Stef - dans Le Blog
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 18:24

-         - Les 3 Petiotes, Bordeaux Rosé, 2009

 

Rosé, Millésime : 2009, Cépage : Malbec  (80%), Merlot, DD : Février 2011

 

Ce rosé de saignée se pare d’une jolie robe colorée d’un rose profond et brillant, légèrement trouble. Le nez de bonbon acidulé fait saliver. En bouche, le fruit, tendre et croquant, est bien équilibré par l’acidité, donnant une fraîcheur appréciable à l’ehttp://img.over-blog.com/225x300/0/13/35/04/VdV/les3petiotes-rose-copie-1.jpgnsemble. Un rosé de plaisir réussissant le difficile équilibre entre fruit, vinosité et acidité.

 

-         - Les 3 petiotes, Côte de Bourg, 2009

 

Rouge, Millésime : 2009, Cépage : Malbec (40%), Cabernet Sauvignon, Merlot, DD : Février 2011

 

Ce rouge est issu d’un petit domaine de 3 ha en conversion bio.  Elevé en barrique d'un ou deux vins, il se caractérise par une proportion de Malbec inhabituelle dans le bordelais. Au nez, l’arôme de cassis frappe par son naturel. En bouche, c’est un vin franc où le fruit n’est pas écrasé par la matière, pourtant bien présente.  L’absence de notes d’alcool donne le sentiment de boire un vin digeste et équilibré. Le style est peu bordelais, mais le vin est très agréable et son fruit permet de le boire jeune , ce qui est pour moi une qualité !

 

Le blog des vignerons : http://lestroispetiotes.over-blog.com/

 

Le trouver sur : http://www.vin-bio-ardoneo.com/p-318-les-3-petiotes.html

Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 17:41

L’assassin royal est une série de l’auteure américaine Robin Hobb qui est devenu un grand classique de la fantasy. En dehors cette caractéristique de classicisme, je ne connaissais rien d’autre de cette série de romans. Je me suis engagé dans la lecture de ces deux premiers tomes sans à priori aucun et sans idée préconçue.

Le personnage central de la série, FitzChevalerie,  a pour particularité d’être un bâtard de la famille royale des Loinvoyant. Ce statut le propulse à la cour  des sept duchés avec un statut en demi-teinte et lui ouvre la carrière secrète d’assassin au service du roi.

Avant toute chose, je dois dire que j’ai beaucoup aimé cette lecture : j’ai trouvé l’ambiance très immersive. Le rythme est assez lent, l’auteure s’attachant à la psychologie du personnage principal. La série démarre de l’enfance de Fitz à son arrivée à la cour et avance de façon très progressive, laissant le temps au lecteur de se familiariser avec les personnages, de comprendre leur rapport avec Fitz et surtout d’apprécier l’évolution des relations et de la position de Fitz à la cour. Généralement, j’abhorre les séries de roman qui traînaillent, mais là c’est bien fait et je me suis laisser prendre. Sans sexisme ou déterminisme, je sens bien que l’auteure est une femme, de par le souci et la façon de décrire les interrogations intérieures du personnage.

Parlons maintenant de ce qui fait aussi le plaisir des ambiances médiévales fantastiques et des romans de fantasy : l’univers.  Je dois bien avouer qu’il n’a rien de très original. Un royaume, les sept duchés, est composé … de sept duchés, que le roi a bien du mal à tenir uni. Une menace affreuse s’abat sur les provinces côtières : les pirates rouges pillent et ravagent les côtes dès le printemps venu. Leur attitude laisse très perplexe : ils emportent peu de butins, capturent des habitants pour les relâcher un peu plus tard, mais comble de l’horreur, ils sont dénués d’âmes et se comportent de façon violente et irrationnelle.

A la cour, le vieux roi semble inactif pendant que se déchirent ses deux fils, Royal et Vérité, issus de deux épouses différentes. Deux formes de magie apparaissent dans ses deux premiers tomes :

- le vif, une télépathie avec les animaux, mal vues  voire tabous, ses pratiquants étant réputés devenir des bêtes

- l’art, une télépathie très puissante et exigeante traditionnellement pratiquée par la famille royale

FitzChevalerie a bien entendu des prédispositions dans les deux sujets.

L’univers n’a à la lecture de ces deux premiers tomes rien de novateur ou d’excitant pour moi, mais il vaut le détour par la galerie de personnages, leur relation, leur ambiguïté…

Vous aimerez si vous appréciez :

- les séries au long cours

- des psychologies de personnage développées

- vous immerger dans un univers

- une certaine ambiguïté

Vous n’aimerez pas si vous appréciez :

- les romans rythmés où l’action prime

- les univers exotiques ou originaux

Inspi JdR : bof, bof, l'univers manque d'originalité AMHA pour être une source d'inspiration jeux de rôle 

Repost 0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 22:14

-         Los Petalos, Bierzohttp://storage.canalblog.com/92/85/208054/34601497.jpg

Rouge, Millésime : 2008(?), Cépage : Mencia, Dégustée : janvier 2011

Un nez très agréable de fruit compoté et  de fleur concentré (violette, rose). Des tannins présents mais soyeux accompagnent un corps puissant mais élégant. Bouche plaisante mais présence de  notes d’alcool un peu trop expressives. Un joli vin t ypé Espagne, très agréable en mangeant.

Acheté env.15€ au caviste des halles de Wazemmes.

 

-         Jean-François Mériau Touraine Gueule du Boa

Rouge, Millésime : pas d’indication de millésime, Cépage : Côt (Malbec), Dégustée : janvier 2011

Un vin puissant mais malheureusement dominé par des arômes tertiaires de type « vernis » assez désagréables. En bouche, la concentration est forte et on sent le potentiel mais l’impression de déséquilibre et de fougue mal maîtrisée l’emporte. Une grosse déception.

Acheté env.15€ au caviste des halles de Wazemmes.

 

-         Schloss Johannisberg, Riesling, "gelblack" Qualitatswein trocken

Blanc, Millésime : 2009, Cépage : Riesling, Dégustée : Janvier 2011

Un nez délicat de fruits blancs. La bouche est dominée également par les arômes de fruits, l’acidité est peu marquée, cela déroute les habitués de rieslings alsaciens, généralement plus tranchants.  Au final, le vin est agréable, équilibré et fin. Il incarne bien ce qu’est un riesling allemand sec mais il manque un peu de personnalité.

Acheté env. 10 € à l’aéroport de Berlin

 

 

http://www.rheingauer-weinszene.de/media/catalog/product/cache/5/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/S/J/SJ001kl.jpg

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 19:13

Voici un compte rendu de notre onzième et de notre douzième partie de Jorune qui terminent notre cycle Jorune. Auss 3498.

 

Participèrent à cette aventure :

Eredan Maldovian : Cet humain du quartier de Sharben a rarement quitté Ardoth où il officie comme ménestrel ou écrivain public. Ces amis qui l’apprécient pour sa connaissance de la vie nocturne ne comprennent toujours pas pourquoi il est devenu tauther.

Groogaan : ce bronth vient de la région de Loobreh aux confins du trou du cul de Dobre. Son origine sauvage lui a fermé les portes de l’armée de Dobre, c’est donc en Burdoth qu’il fit carrière. Le statut de Drenn lui semble maintenant indispensable pour avancer. Avec son armure de maille, son épée à 2 mains et ses 220 kgs, il n’a pas besoin de s’énerver pour impressionner ses interlocuteurs.

Nelwan Falon (épisode 11 uniquement) : Ce muadra des bas quartiers d’Ardoth a trouvé sa voie dans la klade Githerin. Celle ci l’a envoyé protéger le fils d’un ces principaux clients, un certain Hunter Sam, qui s’est engagé dans la Compagnie de Hobeh.

Sergent Boshmey Moore, dit "le Bosh" (épisode 12 uniquement) : ce boccord impressionnant a officié chez les daijics, cette police qui traque l’utilisation illégale de l’Isho. Ardothien, il est issu d’une famille commerçante du quartier résidentiel de Sharben

 

 

Les tauthers fulminent contre les shantas en voyant la destruction complète du camion. Ils décident après moult hésitations de se rendre dans le canyon où d’après leurs informations devaient se trouver les ruines d’une ancienne cité humaine.

 

Le canyon en question serpente en formant un sillon abrupt dans un haut plateau séparé de la plaine par une falaise impressionnante. Après avoir trouvé un accès relativement aisé au sommet  du plateau, les tauthers décident de suivre le canyon depuis le haut. Plat et aride, la vue porte et il repère bientôt une sentinelle qui surveille le canyon. Groogaan s’approche « discrètement », la sentinelle le repère : elle fait partie de l’expédition et n’est pas agressive vis-à-vis du bronth. Groogaan et les autres tauthers restent néanmoins prudents. Dans le canyon en contrebas, Narhen Felsin accompagné de 15 iscins et de 10 hommes d’arme a bien découvert la cité B. L’équipe de Narhen est en train de dégager cette cité troglodyte dont seules subsistent en extérieur d’élégantes façades ouvragées sculptées à même la paroi.

 

Narhen n’est pas informé de la trahison de son lieutenant et reste d’ailleurs incrédule. Il envoie Peter, Combattant de l’ombre de Glounda, observé l’oasis afin de vérifier les dires des tauthers.

 

Une fois les affirmations de nos tauthers vérifiées, Narhen décide de trouver des soutiens pour attaquer Prentor par surprise. Le Bosh sera envoyé auprès des trarchs, un caji nommé LaTour se déplacera chez les ca-desti, Groogaan ira rencontrer les hors la loi bronths, Nelwan a en charge de recruter des boccords au village et Peter le combattant de l’ombre de Glounda, préviendra les membres de l’expédition qui se sont réunis à quelques kilomètres de l’oasis.

 Bronth3

Groogaan se rend sur les indications de sa nouvelle épouse au camp des bronths hors la loi, situé dans le bois qui s’étend à l’entrée du canyon. Alors qu’il traverse de nuit ledit bois, il aperçoit un campement, deux hommes armés de blasters et un muadra se réchauffe autour d’un feu. Groogaan trouve le lendemain le camp des hors la loi et négocie l’aide des bronths pour un tonneau de malmee. Il obtient également leur soutien pour tendre une embuscade à l’entrée du canyon. Après de longues heures d’attentes, ne voyant rien arrivé, Groogaan décide de pister. Il suit des traces d’un individu semblant avoir escaladés la paroi du plateau et éviter le canyon par l’est. Groogaan hâte le pas et rattrape un muadra. Il parvient sans trop de dégâts à occire le petit lanceur de dyshas de desti, qu’il reconnaît comme un membre de l’expédition. Groogaan accompagné des bronths hors la loi rentrent à la cité B. Peu de temps après leur arrivée, une sentinelle muadra de Narhen signale l’approche de deux hommes par le plateau en provenance de l’ouest.

 

Groogaan et dix bronths les chargent. Les deux hommes sont à couvert et armés de fusils blaster. Avant que Groogaan ne les dépècent avec son épée à deux mains, les deux ex-militaires tuent 6 bronths et en blessent gravement 2 autres. Le bilan est amer et la preuve de la supériorité de la technologie terrienne probante.

 

Par ailleurs, suite à la médiation de LaTour, le caji pédant qui parle par métaphores, les shantas ca-desti rendent visite à Narhen Felsin et à nos tauthers. Ils laissent même quelques jours avec les tauthers un jeune shanta anticonformiste et intéressé par l’étude des humains. Après diverses négociations et le concours du ca-tra Sho-nora-tra, les ca-desti agréent le projet de téléporter les fidèles de Narhen Felsin au milieu de leurs ennemis à l’oasis de trarchs.

 

Les tauthers et les fidèles de Narhen sont accueillis dans le complexe souterrain des shantas en prévision de l’attaque.

 

Ainsi se termine notre onzième séance de Jorune …


 Hobeh3.jpg

 

Le Bosh est d’abord envoyé via deux warps dans l’oasis. Il parvient à convaincre les trarchs d’attaquer Prentor et ses hommes.

 

A l’heure H en pleine nuit, les trarchs charge d’un côté du camp et du beau milieu des incu-homes, une troupe composite de bronths hors la loi, de villageois boccords, de fidèles de Felsin et de nos tauthers donnent l’assaut. La surprise est totale et malgré les fusils blasters, les anciens militaires de l’expédition sont balayés.

 

Prentor est introuvable. Groogaan finit par trouver sa trace et le poursuit dans le désert. Il lui faut 5 jours pour le retrouver et le tuer.

Shantas3

Au camp, Narhen en qualité de Kesht organise un procès. Quelques condamnations à mort ou à l’exil sont prononcés. Au grand d"goût d'Eredan, le sergent Boshmay honore la trarche qui était folle amoureuse de lui.

 

Eredan et le Bosh accompagnent Sho nora tra et Narhen qui rentrent à Burdoth via des warps. Ils parviennent à être reçus par le Dharsage et lui révèlent leur découverte d’une cache de technologie terrienne. Après cette entrevue, ils sont l’objet d’une surveillance étroite. Peu de temps après, ils sont nommés Drenns, de prestigieuses signatures de gens qu’ils ne connaissent pas figurent sur leur plaque au Hall des Drenns.

 

Groogaan met plus de temps pour rentrer mais il est témoin de l’arrivée massive de militaires burdothiens dans le désert du Hobeh. A son retour, il est également nommé Drenn.

 

Ainsi s’achève notre douzième séance de Jorune et la campagne Tothis is a long way…

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Jorune
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 16:35

Voici un compte rendu de notre dixième et courte partie de Jorune. Auss 3498.

 

Participèrent à cette aventure :

Eredan Maldovian : Cet humain du quartier de Sharben a rarement quitté Ardoth où il officie comme ménestrel ou écrivain public. Ces amis qui l’apprécient pour sa connaissance de la vie nocturne ne comprennent toujours pas pourquoi il est devenu tauther.

Groogaan : ce bronth vient de la région de Loobreh aux confins du trou du cul de Dobre. Son origine sauvage lui a fermé les portes de l’armée de Dobre, c’est donc en Burdoth qu’il fit carrière. Le statut de Drenn lui semble maintenant indispensable pour avancer. Avec son armure de maille, son épée à 2 mains et ses 220 kgs, il n’a pas besoin de s’énerver pour impressionner ses interlocuteurs.

Nelwan Falon : Ce muadra des bas quartiers d’Ardoth a trouvé sa voie dans la klade Githerin. Celle ci l’a envoyé protéger le fils d’un ces principaux clients, un certain Hunter Sam, qui s’est engagé dans la Compagnie de Hobeh.

Sergent Boshmey Moore, dit "le Bosh" : ce boccord impressionnant a officié chez les daijics, cette police qui traque l’utilisation illégale de l’Isho. Ardothien, il est issu d’une famille commerçante du quartier résidentiel de Sharben

Gérard Mansoif : Cet humain parle avec un fort accent de Gauss. Son embarras en pleine nature, sa maîtrise de la dague et sa connaissance d’Ardoth laisse planer le doute sur son origine.

 

Les tauthers se rendent à l’entrée du complexe des shantas ca-desti non sans s’arrêter dans le village boccord où Gérard les rejoint. Gérard « met les mains dans la prise », les shantas arrivent et Eredan essaye de les convaincre qu’il faut empêcher les ex-militaires de l’expédition d’utiliser la technologie terrienne à mauvais escient. Les shantas se retirent pour délibérer en affirmant qu’ils reviendront la nuit suivante. Les tauthers ne voyant rien arriver au bout de deux nuits rappellent les shantas qui leur affirment avoir réglé le problème.

  Bronth3.jpg

Les tauthers décident donc de se rendre sur site. Arrivés dans la steppe, ils s’aperçoivent que 25 bronths, petits et grands, les poursuivent. Ils s’enfuient vers la rivière et entrent dans la caverne où la rivière devient souterraine. Trois bronths les talonnent. Une partie de cache-cache où s’échangent coup d’épées, de haches dyshas s’ensuit. La bronth que Groogaan avait blessé dans le précédent combat le défie en duel, celui-ci l’ayant humilié en lui laissant la vie. Un combat s’engage entre le tauther et la furieuse Rugaar. Groogan emporte le combat et les autres bronths sont formels, selon les lois du clan, elle est à sa disposition. Groogaan accepte mais conséquence inattendue, il se retrouve avec les deux mioches de la hors la loi. Eredan et Gérard chantent et font des acrobaties en l'honneur des nouveaux tourtereaux. 

 

Le groupe de tauthers, accompagné désormais de trois bronths, pénètrent dans le complexe souterrain, récupère le camion et se dirige vers la grotte où doit se trouver l’entrée de la cache de technologie terrienne. Au niveau de cette grotte, les galeries sont complètement effondrées, l’œuvre des shantas ca desti ! Les tauthers explorent le complexe, trouvent un deuxième camion. Souhaitant absolument sortir le camion du complexe, ils empruntent une galerie qui s’avère mener à la pile M qu’ils avaient trouvée.

  hobeh2

Une fois sur site, alors qu’ils entrent dans un ascenseur avec le camion, un warp s’ouvre, derrière deux shantas avec un thosk (canon à isho). Les shantas ouvrent le feu, les tauthers se dégagent à temps de l’ascenseur et ripostent. Nelwan ferme le warp en se purgeant. Les personnages fulminent contre les shantas en voyant la destruction complète du camion.   

 

Ainsi se termine notre dixième séance de Jorune …

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Jorune
commenter cet article
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 17:53

Voici un compte rendu de notre neuvième partie de Jorune. Auss 3498.

 

Participèrent à cette aventure :

Eredan Maldovian : Cet humain du quartier de Sharben a rarement quitté Ardoth où il officie comme ménestrel ou écrivain public. Ces amis qui l’apprécient pour sa connaissance de la vie nocturne ne comprennent toujours pas pourquoi il est devenu tauther.

Groogaan : ce bronth vient de la région de Loobreh aux confins du trou du cul de Dobre. Son origine sauvage lui a fermé les portes de l’armée de Dobre, c’est donc en Burdoth qu’il fit carrière. Le statut de Drenn lui semble maintenant indispensable pour avancer. Avec son armure de maille, son épée à 2 mains et ses 220 kgs, il n’a pas besoin de s’énerver pour impressionner ses interlocuteurs.

Nelwan Falon : Ce muadra des bas quartiers d’Ardoth a trouvé sa voie dans la klade Githerin. Celle ci l’a envoyé protéger le fils d’un ces principaux clients, un certain Hunter Sam, qui s’est engagé dans la Compagnie de Hobeh.

Sergent Boshmey Moore, dit "le Bosh" : ce boccord impressionnant a officié chez les daijics, cette police qui traque l’utilisation illégale de l’Isho. Ardothien, il est issu d’une famille commerçante du quartier résidentiel de Sharben

 

Les personnages renvoient les boccords dans leur village pour leur éviter tout péril (mettant Hunter Sam dans leurs basques) et décident d’observer l’oasis des trarchs. Ils interceptent un groupe de l’expédition avant qu’il ne retourne à l’oasis et ne connaisse une fin tragique. Ils aperçoivent après quelques jours de patience un groupe s’éloigner de l’oasis. Les tauthers le pistent en espérant que ce groupe les mène à La Découverte des rebelles assassins de Terence Prentor.

 

humain.gifAprès quelques difficultés de pistage dans le grand chaos de pierre et avoir repéré un ramian - rencontre plus qu’énigmatique dans cette région - , les tauthers parviennent à suivre le groupe de 3 burdothiens jusqu’à une grotte située dans la région des grands plateaux. Petit bémol à leur succès, ils remarquent que des sentinelles postées en haut d’un plateau les ont captés. Les tauthers décident donc de dévier leur route et de se cacher derrière le plateau suivant. Ils l’escaladent afin d’observer les mouvements dans la grotte.

 

Ne sachant que faire, ils fouillent le plateau et trouvent un puits où court un escalier en colimaçon. Ils parviennent à l’emprunter sans le casser et s’enfoncent dans le cœur de la montagne. Ils parviennent bientôt dans un immense tunnel horizontal où ils trouvent des traces de technologies terriennes. Ils cheminent dans l’immense boyau et tombent sur un véhicule de technologie terrienne (un camion de la mine). Ils parviennent à le faire fonctionner grâce à la commande vocale que l’iscin qui les accompagne leur traduit de l’Anglais à l’Entren.

 

Le véhicule file vers la sortie, plein sud, jusqu’à ce que les tauthers aperçoivent la dite sortie : la grotte où ils ont vu disparaître les burdothiens qu’ils pistaient ! Ils arrêtent le véhicule pour se laisser le temps de réfléchir, mais voient bientôt apparaître dans la lumière des phares, les formes de deux humains (dont l’un porte un fusil blaster). Ils reconnaissent bientôt des membres de l’expédition. Ils se dissimulent et une fois les deux êtres à portée, Nelwan les neutralise avec la dysha « prise puissante » et Groogaan pulvérise celui qui porte le blaster. L’arme est récupérée par Eredan.  Les tauthers renvoient l’Iscin faire une demande de négociation avec leur chef.hobeh2.jpg

 

Ce dernier revient accompagné de 4 hommes blasters à l’épaule et d’un muadra de ex – infanterie caji. Le choix est simple : ou les tauthers rejoignent les rebelles comme troufions ou bien il les fait exécuter. Les personnages ont appris des échanges avec l’iscin et le chef que c’est bien une cache de technologie terrienne que les hommes de Terence Prentor ont découverte, il compte bien l’ouvrir et la vendre au plus offrant.

 

Le chef leur ayant donné un délai de réflexion de 15 minutes, nos tauthers utilisent le véhicule pour se carapater. Cette merveille est loin d’un lourd camion de mine : en quelques secondes, ils atteignent 130 km/h en auto pilotage dans les galeries de la mine antique. La deuxième sortie indiquée dans le système de guidage les amène malheureusement sur une route effondrée. Ils doivent faire les dix derniers kilomètres à pied le long d’une rivière souterraine.

 

Il débouche dans une steppe et décide de se rendre auprès des ca-desti rencontrée précédemment (cf épisode 7). Malheureusement, ils sont attaqués par 8 bronths. La première nuit, ils parviennent à les repousser en leur offrant du malmee. Malheureusement, ces bronths hors la loi ont tellement apprécié qu’ils décident d’attaquer le groupe pour récupérer le reste des bouteilles. Le combat est épique et les personnages parviennent à faire fuir les survivants de l’assaut.

 

Ainsi se termine notre neuvième séance de Jorune…

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Jorune
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 11:25

Voici un compte rendu de notre huitième partie de Jorune. Auss 3498.

 

Participèrent à cette aventure :

Eredan Maldovian : Cet humain du quartier de Sharben a rarement quitté Ardoth où il officie comme ménestrel ou écrivain public. Ces amis qui l’apprécient pour sa connaissance de la vie nocturne ne comprennent toujours pas pourquoi il est devenu tauther.

Groogaan : ce bronth vient de la région de Loobreh aux confins du trou du cul de Dobre. Son origine sauvage lui a fermé les portes de l’armée de Dobre, c’est donc en Burdoth qu’il fit carrière. Le statut de Drenn lui semble maintenant indispensable pour avancer. Avec son armure de maille, son épée à 2 mains et ses 220 kgs, il n’a pas besoin de s’énerver pour impressionner ses interlocuteurs.

Nelwan Falon : Ce muadra des bas quartiers d’Ardoth a trouvé sa voie dans la klade Githerin. Celle ci l’a envoyé protéger le fils d’un ces principaux clients, un certain Hunter Sam, qui s’est engagé dans la Compagnie de Hobeh.

Sergent Boshmey Moore, dit "le Bosh" : ce boccord impressionnant a officié chez les daijics, cette police qui traque l’utilisation illégale de l’Isho. Ardothien, il est issu d’une bonne famille commerçante du quartier résidentiel de Sharben

 

Les tauthers se dirigent vers un aérolithe qui semble s’être arraché de terre, ils cheminent dans une vaste steppe où la vue porte très loin. Ils repèrent d’ailleurs 3 formes au Sud et 1 au Nord. Ils rejoignent bientôt la personne aperçue au Nord. Il s’agit de Nelwan, un muadra de l’expédition, qui affirme s’être pris la tête avec Hunter Sam et avoir quitté le groupe qui lui lèche les bottes. Nelwan se joint au groupe et ils campent pour la nuit. Groogaan renifle une présence pendant son tour de garde et prévient Nelwan qui avec son sens tra « voit » 3 corastins en approche « discrète ». Eredan tente de les amadouer avec un sac de bibelots : les corastins qui ne parlent pas un mot d’Entren attaquent, mais Groogaan et le Bosh les explosent. Deux sont massacrés et le dernier offre pour sa vie un sac de cristaux blancs non taillés.

 

Les tauthers quittent enfin la steppe et découvrent bientôt un paysage de plaine où sont plantés des pics large de deux kilomètres et hauts de 400 mètres. La plaine est éventrée en contrebas de l’aérolithe qui flotte dans l’air, inatteignable. En s’approchant, les tauthers remarquent des débris de constructions shantiques dans le trou et en dessous de l’aérolithe.

 

Il remarque bientôt 2 shantas dont Nelwan perçoit l’agressivité à l’isho rouge dont ils sont emplis. Il présente sa naull et le cadeau de Sho nara tra : des salamandres séchées dans lequel les shantas trouvent un sarceen. Un difficile dialogue démarre. Les shantas Ca desti ne parlent pas Entren mais une forme ancienne de la langue des humains. Ils finissent par comprendre que ces shantas étaient dans des boc rods ; ils leur présentent d’ailleurs un troisième shanta qui n’a apparemment pas longtemps à vivre. Les shantas leur disent qu’ils ne peuvent peu ou prou aider Sho nara tra dont ils ont « lus » le message car ils viennent du passé. Les personnages les persuadent que Sho nara tra pourra peut être les aider et leur montre Ardoth sur une carte.

 Shantas.jpg

Les Ca desti les mettent en garde de ne pas entrer dans leur cité, des evids veillent ! Ils leur proposent un warp vers la cité shantique la plus proche, sans garantie de résultat, de nombreuses cités ont été abandonnées… Eux même s’apprêtent à utiliser un réseau de warp pour rejoindre Sho nara tra.

Les tauthers se retrouvent dans un paysage de collines, ils voient au sud ouest la chaîne de montagne qu’ils voyaient à l’ouest quand ils discutaient avec les shantas. Ils errent quelque peu mais trouvent rapidement une colonne shantique. Celle-ci a des inscriptions indéchiffrables pour nos tauthers, un signe que l’Iscin qui accompagne les personnages identifie comme une mise en garde et un capteur ayant la forme d’une main de shanta. Le Bosh reçoit une décharge lumineuse qu’il parvient à interférer.

 

Ils décident d’attendre à distance respectueuse de la colonne. Dans la nuit, un bâton lumineux rouge de plusieurs mètres vole jusqu’à proximité de la colonne, c’est un evid de desti. Les personnages reculent encore un peu. Peu après, la colonne s’ouvre en deux, un groupe de shantas en position de combat en sort.  Les personnages parviennent à entamer un dialogue en leur offrant le cadeau de Sho - nara - tra. Les personnages leur parlent de leur découverte des anciens Ca desti. De leur côté, les personnages apprennent que la cité humaine se trouve dans un canyon au cœur de la chaîne de montagnes qui domine la région. Les Shantas remercient les personnages du bout des lèvres et se retirent dans leur cité.

  Shantas3.JPG

Les tauthers reprennent la route, bien décidés à trouver la fameuse cité « B ».  Ils tombent sur un village de boccords entourés de champs de durlig, ils ne parlent que Keveni (la langue locale) mais les villageois leur présente Dédé un boccord du quartier de Lola à Ardoth. Il faisait partie de la précédente expédition totalement décimée par les vents de sable, la faim et les prédateurs. Il les met en garde contre une bande de bronths hors la loi qui rôdent dans le piémont de la chaîne de montagne. Les boccords proposent aux personnages de les accompagner jusqu’au camp de base de l’expédition via le désert où ils risquent peu de mauvaises rencontres. Cela permettra aux boccords de vendre des durligs.

 

Peu avant leur arrivée à l’oasis des trarchs, ils interceptent Hunter Sam. Celui-ci a l’air paniqué leur raconte une histoire invraisemblable : il est revenu à l’oasis avec son groupe, ils ont été invité à se restaurer et alors qu’ils mangeaient des membres de l’expédition ont fait irruption et blastant tout le monde avec des armes énergétiques. Hunter Sam prétend être le seul survivant.

 

Le Bosh et Groogaan s’approchent de l’oasis de nuit. Ils aperçoivent un trarch qui monte la garde et en contournant l’oasis repèrent un charnier. Le lendemain, caché dans le sable, ils entendent peu après l’arrivée d’un groupe des cris puis un silence assourdissant.

 

Les tauthers décident d’envoyer une partie des boccords et le Bosh entrer dans l’oasis pariant sur le fait que seuls les membres de l’expédition sont visés par cette élimination systématique. Leur pari se révèle payant et les boccords obtiennent le droit de passer une nuit au milieu des trarchs. Le Bosh observe, interroge son « amoureuse » (une trarch qui a flashé sur lui) et un petit commis de l’expédition. Il apprend que :

-          c’est Terence Prentor qui de retour de sa mission de recherche a lancé cette élimination de tous les groupes revenant à l’oasis,

-          que Terence est entouré principalement d’ex militaires,

-          qu’il n’a pas éliminé les iscins mais les maintient dans une semi détention

-          que personne ne sait où est Narhen Felsin, le chef de l’expédition

-          que les armes énergétiques utilisées étaient dans une caisse emmenée par l’expédition

 

Ainsi se termine notre huitième séance de Jorune…

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Jorune
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Arii Stef
  • : Ce blog consacré aux jeux de rôle sur table a pour objectif de faire partager mon attrait pour des JDRs chers à mon coeur et quelques unes de mes créations dont "Légendes Tahitiennes".
  • Contact

Recherche