Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 20:06

J'ai refait jouer dans mon club de Blagnac la campagne de Fading Suns, maîtrisée il y a 4 ans dans ch'nord. En voici un petit récit.

 

Première séance

 

Ceci un rapport confidentiel de Helmi al-Jamil, agent de terrain des Muhtasib (les RG al-Malik), à son officier de liaison à propos de la visite sur Criticorum d’un noble Decados

J’ai pris en charge le sujet selon la procédure B71-K47 et conformément à l’ordre de mission X9900148-FIL-7 à son arrivée au spatioport d’Achaeon à compter du 15 septembre 4599.

Le sujet est un humain de sexe masculin, noble de la Maison Decados, de rang « Chevalier », prénommé Vladislas. D’après nos bases de données, il ne dispose pas de fief et vit sur la planète Severus. Il n’est pas répertorié comme travaillant dans pour une agence ou un service de la Maison Decados. L’objet déclaré de sa visite à Criticorum est de se rendre à la fête d’anniversaire de la future comtesse de Perleria, Boutheïna al-malik, fille de la regrettée Sophia Prajna al Malik. L’objet de la visite semble bien être l’objet déclaré, le sujet et sa suite ayant pris un vol pour Larrane.

Le sujet est accompagné d’une suite. Cette suite est composée de 5 individus assez hétéroclites. Elle comprend :
- Oreste Jack, un prêtre de l’ordre eskatonique, apparemment le confesseur privé du chevalier Vladislas Decados. Ce prêtre a de bien étranges manières : il aime apparemment incendier les clubs républicains et aurait un penchant pour la kleptomanie.
- Sœur Claire Marie Artigus de la Fraternité des Armes. Elle a dû être embauchée par le chevalier pour impressionner Boutheïna al-Malik. Miteuse et imperméable aux désirs de la chair, sa piété semble incongrue aux côtés d’un Decados.
- Ragnarok est un garde du corps ur-ukar du chevalier, il est originaire de Kordeth. D’après nos rapports, il s’agit d’un sans tribu hors la loi dont la tête est mise à prix par plusieurs autorités locales de la planète ukar.
- une gannock au nom ridicule. Elle n’est pas l’animal de compagnie exotique du chevalier mais un membre de la guilde des Auriges qui possède un business sur Severus. Vient-elle pour affaire ? Je ne sais, mais son passe – temps favori est d’escroquer dans des concours de beuverie des ignorants ne sachant pas que l’alcool a peu d’effet sur les gannocks .
- Etienne Chantarelle, un jeune homme originaire de la planète Rampart membre de la guilde des ingénieurs. D’après mes informations, il serait spécialiste des machines pensantes et est recherché dans les mondes Li Halan.

L’exotisme de la suite est à relativiser compte-tenu du fait que le sujet appartient à la Maison Decados. La présence de prêtres peut s’expliquer soit par le fait que Vladislas Decados ait été informé de la haute estime dans laquelle l’Eglise est tenue à Larrane, soit par d’éventuelles accusations d’hérésie ou de technophilie subies dans le passé.

Vladislas et sa suite ont donc séjourné à Achaeon trois journées. Leur parcours dans la capitale a été jonché de crimes et délits punissables par les articles 7.4, 12.9 et 56.7 du code pénal de d’Achaeon sans que la suite du chevalier puisse être reliée directement et formellement à ces exactions.

Ils ont commencé par tenter de prendre contact avec Malek al-Malik, un chevalier de notre bien aimée Maison. Ce chevalier est actuellement sous la protection de 4ème loi d’exemption car il a pris une nouvelle identité dans le cadre de sa première montagne . Cette nouvelle identité est celle de Hassen Jumla, fils de boutiquier et activiste républicain. Vladislas et sa suite se sont rendus au domicile de Malek al-Malik qu’il n’occupe d’ailleurs pas actuellement.
Ayant trouvé la porte ouverte, ils se sont introduits dans le domicile et l’ont fouillé pour une raison inconnue. Ils ont reçu lors de leur fouille la visite de la Guilde des Embaumeurs qui avait apparemment été tuyauté sur la présence d’un cadavre à cette adresse.

Vladislas a ensuite envoyé deux membres de sa suite essayer de trouver Malek al-Malik dans un bar de nuit du quartier es-Salaam, le « Yellow always Yellow » où Malek sous son identité provisoire joue dans un groupe de musique (si on peut appeler « musique » l’Ukari Transe Fusion!).

Son garde du corps ur-ukar a de son côté traîné dans les bas – fonds d’Acheon. Il cherchait selon l’un de mes contacts à se mettre en relation avec la mafia ur-ukar et ce sans succès.

Le jeune chevalier Decados s’est installé dans un hôtel. Il est à noter que la suite ne restera pas plus d’une nuit dans le même hôtel. Il faut dire que j’ai repéré que le groupe était suivi par des hommes de main que j’ai identifié comme appartenant à l’ambassade Li Halan.

L’eskatonique, l’ukar et le gannock sont retournés au « Yellow » la nuit même. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais le bar a pris feu. Le groupe de musique de Malek al-Malik s’est enfuit par l’entrée des artistes, les bras chargés d’armes. Mon interprétation est que le groupe de musique est le commando terroriste républicain « 3ème république » qui a récemment perpétré l’attentat contre l’ambassade Li Halan. Le prêtre eskatonique aurait découvert cela et aurait fait flamber le bar, repaire de technophiles et de républicains. Peut-être prend-il ses ordres de l’ambassade Li Halan ? Je l’ai vu en tout cas en grande conversation avec un employé de celle – ci.

Le chevalier Vladislas et Sœur Claire Marie se sont rendus au monastère de la fraternité des armes de l’Astroport. Je n’ai pu m’y infiltrer mais j’ai appris qu’ils ont rencontré le père supérieur.

L’ingénieur et le gannock sont retournés au domicile de Malek al-Malik. Grâce aux informations que j’ai communiquées et à l’assassinat de Fayçal al – Malik par « IIIème République », la police planétaire s’y trouvait déjà et ils ont rebroussé chemin. C’est alors qu’un tireur a tenté d’assassiner Etienne Chantarelle qui a échappé de peu à la mort.

Ragnarok l’ur-ukar a de son côté poursuivi sa quête de représentants de l’organisation mafieuse « Ukar Power ». Pour avoir « réinterrogé » son contact, j’ai su qu’un avestite serait à l’origine de tout ce chaos. C’est lui qui aurait fait disparaître le chevalier Malek al-Malik et tenté d’abattre l’ingénieur.

Le chevalier Vladislas Decados et sa suite ont ensuite courageusement pris le premier vol pour Larrane. Je pense que le groupe sera à surveiller de près s’il revient à Achaeon.

Ceci un rapport de Dame Amelia Torenson, agent de protocole au Marquis Delram ed-Dob al-Malik, régent du Comté de Perleria

J’ai eu en charge l’organisation de la visite du chevalier Vladislas Decados. Je supputais l’arrivée d’un noble Décados crève la faim, arrogant et décadent, venant chercher un bon partie. J’ai eu la bonne surprise de voir que sa suite comportait deux prêtres : Sœur Claire Marie Artigus de la Fraternité des Armes et Frère Jack de l’ordre eskatonique. Elle comporte néanmoins son lot de xénomorphes avec un ukar et - tenez vous bien ! - une gannock (c’est ce qu’on m’a dit mais les genres sont très difficilement différentiables chez cette race simiesque). Cela pose problème pour le Protocole non seulement par l’étrangeté de leurs usages mais aussi pour le logement car rare sont ceux qui acceptent de dormir dans la même chambre que ces êtres. Ne parlons pas non plus de la consommation de parfum de cette xénomorphe qui m’a englouti 500 ml de la précieuse essence de Nartille Bleue que nous avions gracieusement mise à la disposition de la suite.

Bon, trêve de plaintes inutiles, tout ce beau monde a été logé et vous a été présenté ainsi qu’à la Comtesse, avec les mêmes égards que les autres prétendants, quelque soit leur titre, comme vous me l’avez demandé.

Lors du bal, j’ai trouvé le compliment du chevalier Vladislas Decados plutôt bien tourné. Celui-ci accompagné de sa suite s’est vite intéressé au meurtre de ce pauvre prêtre orthodoxe et a d’ailleurs discuté avec l’inquisiteur Villon Vertsaule, démontrant la haute estime dans laquelle il tient l’Eglise du Soleil Universel. Que la Sainte Flamme le bénisse !

Deuxième séance

 

Ceci un rapport de Dame Amelia Torenson, agent de protocole au Marquis Delram ed-Dob al-Malik, régent du Comté de Perleria

Cher marquis, vous m’avez demandé un compte – rendu des faits et gestes de Vladislas Decados et de sa suite. Vous semblez mécontents de certains de leurs agissements et je vous comprends.

Ils se sont piqués d’être des enquêteurs à propos du meurtre de ce pauvre curé, encouragé en cela, semble-t’il par l’inquisiteur Vertsaule.

Ils ont rencontré plusieurs personnes lors de ces derniers jours à Larrane. Ils ont rendu visite à l’évêque Munus dans son plais épiscopal, au général Lakhdar qui est assigné à résidence et son garde du corps, Poj ken Dorim, dans sa cellule. Ils ont également longuement discutés avec les deux marchands d’armes concurrents, Moose Saram le recruteur et Telmore Bajji l’aurige.

Ils sont également parvenus à surprendre une conversation entre vous et Zacharie Torenson à propos de cette judicieuse chasse au loup féroce. Ils n’ont ensuite rien trouvé de mieux que de prévenir la Marquise Sabine Juandaastas qui a quitté précipitamment Laranne. Leur indélicatesse a provoqué bien naturellement votre ire. Dans votre grande mansuétude, vous n’avez pas renvoyé ce goujat de Vladislas et l’avez même invité à la chasse. Il a pris comme écuyer son ur-ukar.

Le reste de la suite était dans un glisseur de rabattage avec le fouinard Keyes Basbas et cette Samara al-Malik dont vous nous avez dits de nous méfier comme la peste. Je ne sais si c’est dû à l’influence néfaste de cette dernière ou à la nullité crasse de la pilote gannock mais le glisseur a apparemment eu quelques ennuis. Le fouinard m’a parlé d’un attentat contre eux par un soi disant assassin en combinaison de camouflage, mais à vrai dire M.Basbas ne semblait pas dans son état normal.

Du côté des chasseurs, une belle meute de loups féroces a assailli nos jeunes prétendants. Le Baronnet Raimondo a fait preuve d’un grand courage mais il s’est vite retrouvé en difficulté. Il a été aidé par Vladislas et son écuyer. Attention, Hazat et Decados semblent s’appuyer comme lors des guerres impériales. Notre Décados et son écuyer se sont bien comportés, mais c’est Sofyan al-Malik qui a obtenu les palmes de la chasse de la future Comtesse.

Troisième séance

 

Ceci est un rapport de Dame Amelia Torenson, agent de protocole au Marquis Delram ed-Dob al-Malik, régent du Comté de Perleria

Cher marquis, je poursuis mon compte – rendu sur les faits et gestes de Vladislas Decados et de sa suite.

Après la chasse et le prix décerné par la Comtesse Boutheïna, une belle fête s’est tenue au manoir. Compte tenu de l’exiguïté du manoir de Sire Zacharie Torenson, la fête fut réservée aux nobles accompagnés d’un suivant. Vladislas Decados pour des raisons inconnues s’y est rendue avec Etienne Chantarelle, le membre de l’ordre des ingénieurs. Sœur Claire Marie a passé la nuit dans la chapelle pour prier. En contrebas du château, dans les prés, Sire Zacharie a organisé un grand méchoui pour les suites et les invités non nobles : moult cochons gras et agneaux de lait furent rôtis.

A l’extérieur du manoir, participaient aux réjouissances Mimilit, l’aurige gannock, Frère Jack, l’eskatonique, Ragnarok, le garde du corps ur-ukar et un nouvel arrivé, M.Bridges, de la guilde des recruteurs. Au lieu de prendre du bon temps suite à la chasse, les voilà comme des mouches autour d’un tas de fumier à poser des questions à tout un tas de gens.

Ils ont apparemment été victime d’une attaque et ils soupçonnaient qu’un invité soit le coupable. Keyes Basbas le fouinard qui les accompagnait lors de la chasse a d’après mes informations payé les ur-ukar présents pour le protéger, craignant une nouvelle attaque.

Frère Jack s’est mis à interroger ses collègues prêtres et à les titiller avec des théories théologiques à la limite de l’hérésie. Il s’est intéressé de près au curé des Torenson, à un frère de la Fraternité des Armes, frère Kadir, et à un prêtre almathéen, frère Mohsen. Il faut dire que ce dernier était absent lors de la chasse, victime d’un petit malaise gastrique lors du départ dans la forêt. Ragnarok et le frère de la fraternité des armes ont par ailleurs failli en venir aux mains.

Pendant ce temps, leur horrible compagnon simiesque, Mimilit la gannock, a visité les tentes de ce frère et celle du prêtre amalthéen. Coïncidence ou maladresse de la part de Mimilit, l’amalthéen est revenu à sa tente.

Mon espion a ensuite perdu la trace des membres de la suite, une rumeur ayant couru que des ur-ukars de Sabine Juandaastas avaient encerclé le manoir de Sire Zachary Torenson. Je sais seulement que frère Jack a torturé mentalement le pauvre compagnon de tente de frère Mohsen, un jeune frère orthodoxe du nom de Férid.

Ensuite, un coup de feu a retenti, blessant Keyes Basbas, rapidement évacué par vers le manoir par ses gardes ur-ukar. Les membres de la suite ont soit protégé le fouinard, soit attaqué l’agresseur. Ils sont parvenus à le capturer malgré sa cape de camouflage de la seconde république. Il s’agissait bien de frère Mohsen qui s’est avéré être un envoyé du siège des fouinards d’Achaeon.

Des le lendemain matin, le faux frère Mohsen ayant été livré par la suite de Vladislas, se sont tenus un procès civil pour tentative de meurtre jugé par Sire Zachary Torenson et un procès religieux pour usurpation de la qualité d’ecclésiastique jugé par l’inquisiteur Vertsaule. Sagement, Sire Zachary Torenson a jugé sagement qu’il s’agissait d’une querelle interne de la guilde des fouinards et que sa juridiction ne s’appliquait pas, personne d’extérieur ayant été lésé. Le faux amalthéen a donc bénéficié d’un non lieu. L’inquisiteur empreint d’une grande clémence a jugé que le fouinard n’avait pas cherché à insulter ni le pancréateur ni son prophète Zacharie. Il ne l’a donc condamné qu’à 10 ans de servage dans un monastère de la fraternité des armes.

Mimilit, Ragnarok, Bridges et Frère Jack se sont ensuite rendus à Laranne pour prendre un avion pour Carissey. Ils ont apparemment été renseignés sur la prochaine mission que vous allez confier à Vladislas Decados.

Ceci est un rapport de Fareed Kosksi, domestique au château du baron Khemaïs al-Malik et espion pour la cité libre d’Isfahan

Le « bon » marquis Delram a fini par envoyer du renfort à son neveu Khemaïs al – Malik. Sont arrivés quatre gus de Laranne qui préparent l’arrivée d’un chevalier Decados. Ils ont eu un aperçu du bordel qu’il y a dans la baronnie de Carissey. Ils ont eu quelques difficultés à trouver un taxi. La guilde des piétons, cette pseudo – guilde affiliée aux al-malik, avait organisée une grève générale, des manifestations avec en prime une chasse aux membres de la ligue marchande.

Ils sont parvenus au palais par une porte arrière et ont rencontré le baron et sa cour :
- Frère Ogon, le confesseur orthodoxe et efféminé du baron
- Ses ministres dont Safih le ministre de l’intérieur dont le principal fait d’arme est d’avoir rhabillé la police en uniforme rose et bleu, Selim, le ministre des armées qui a revendu la flotte pour acheter un trois mâts en bois et Kiki, le ministre canidé de la justice
- Raïs Tarboun, l’intendant, membre de la guilde des baillis

Ils ont appris qu’il y a eu un accrochage entre des mercenaires recruteurs au service de notre cité libre et la flotte de pêche de la guilde des piétons au sujet d’un différend sur les zones de pêche à la daurade royale.

Alors que la cour du palais est pleine de guildiens réfugiés et la guilde des piétons organisent une manifestation monstre, les gus du chevalier Décados ont parlé de l’arrivée d’une chanteuse d’Achaeon avec le baron Khemaïs al Malik. Frère Jack a été fait ministre des relations avec le parlement car la présidente du conseil, Héléna Morwen se pointait. Ils ont vu la belle brochette d’incapables, ont demandé les comptes de la baronnie et s’apprêtent à une houleuse session du parlement le lendemain.

 

Quatrième séance

 

Ceci est un rapport de Fareed Kosksi, domestique au château du baron Khemaïs al-Malik et espion pour la cité libre d’Isfahan

Le fameux Vladislas Decados et la Sœur de la fraternité des armes qui l’accompagne sont arrivés par le vol du matin et ont pu assister à la séance du Parlement de la baronnie de Carissey. Chose imprévue, ils étaient accompagnés par un autre prétendant de la jeune comtesse au physique ingrat, Valentin, baronnet de la Maison Justinien.

L’évêque Poyo a démarré les débats en fustigeant le chaos ambiant, les émeutes contre la ligue Marchande et accusant la Guilde des Piétons de déloyauté. La gestion de la crise des « Daurades Royales » par le baron en charge Khemaïs al-Malik a été vivement critiqué par le président de la Guilde des Piétons, Karim Chems. Celui-ci propose que l’ensemble de la flotte de pêche se rende sur la zone contestée, escorté par l’armée de Carissey. L’ancien orateur de Khemaïs al-Malik, le croulant Malouf al-Malik a gratifié le parlement de l’un de ses discours lénifiant dont il a le secret. Le nouveau ministre des relations avec le parlement, le cureton frère Jack, a également pris la parole pour appeler au calme, relayé par Vladimir Decados, en déclinant la proposition de Karim Chems. Sous la présidence d’Héléna Morwen et par vote, le chevalier Decados a obtenu un sursis de trois jours pour obtenir des alliances avec les barons voisins, Hassan al-Malik baron de Souria et Omar al-Malik, baron de Mutare.

Bizarrement, Vladislas Decados et sa suite n’ont pour l’instant pas cherché à se concilier les deux barons. Sœur Marie Artigus accompagnée de Valentin Justinien sont retournés à Laranne pour alerter le marquis Delram de l’incompétence de son neveu. Le baron valentin Justinien en a profité pour discréditer sans finesse son rival Decados. Ils sont repartis avec une promesse d’aide ultérieure.

L’ingénieur du groupe, Etienne Chantarelle, a lui fait une descente de nuit dans la Banque de Carissey où il s’est introduit dans les machines pensantes de la banque. Il y a obtenu des informations sur l’état de la Guilde des Piétons, les comptes publiques de la baronnie et sur les malversations diverses des différents protagonistes. Il a également semble t’il trafiqué les comptes pour mettre la guilde des piétons en difficulté.

Au château, je ne sais comment, la suite a pu rendre crédible une accusation de viol sur Kiki, le ministre canidé de la justice, par Raïs Tarboun, le bon vieux sénéchal du château. Khemais al-Malik et ses ministres étaient dans tous leurs états. L’ingénieur en a profité pour s’introduire sur la machine pensante du sénéchal et il a découvert les dettes faramineuses qu’il a contracté au nom de la Baronnie auprès de baillis de la République d’Isfahan. La suite a parallèlement cherché à s’attirer les bonnes grâces du représentant de la Ligue Marchande à Carissey.

Le garde du corps ur ukar du groupe s’est de son côté rendu dans le désert à la recherche d’une tribu ur-ukar qui est en conflit avec le baron Omar al-Malik. Son entreprise n’a apparemment pas été couronnée de succès.

Au petit matin, un ambassadeur de la république d’Isfahan, Mohsen Karami, est arrivé en glisseur et a demandé audience auprès du baron Khemaïs. Il a réclamé le droit de rapatrier les guildiens qui le souhaitent et la libération de Raïs Tarboun contre un ajournement du paiement des traites des emprunts contractés par la baronnie.

Cinquième séance

 

Ceci est un rapport de Fareed Kosksi, domestique au château du baron Khemaïs al-Malik et espion pour la cité libre d’Isfahan


Vladislas Decados et ses sbires ont décidé « d’interroger » Raïs Tarboun dans sa cellule. Ils ont dû avoir la main lourde car ce crétin de baillis a tout lâché : les ruines de Bachchar 3 en dessous de la zone de pêche, le besoin d’explorer tranquille, les gros moyens mis en œuvre par la guilde des recruteurs, son propre rôle pour faire couler les finances de la baronnie de Carissey…

Le chevalier Vladislas s’est ensuite rendu dans la baronnie voisine de Souria pour sonder le baron Yusuf al-Malik. Celui-ci a été à son habitude très cordial et proposé un traité de non-agression qui ne l’engage pas à grand-chose. Ils en ont profité pour déposer leur fouine, Etienne Chantarelle de la guilde des ingénieurs, sur notre sol. Celui-ci a apparemment essayé de pirater les machines pensantes de plusieurs banques. Il s'est fait gauler par nos vaillantes forces de police et a été remis au Conseil. Ces derniers l’ont échangé contre Raïs Tarboun.

Pendant ce temps, d’autres membres de la suite de Vladislas Decados se sont envolés pour Laranne afin de quémander un soutien militaire au régent, le marquis Delram ad-Dob al-Malik. Celui-ci les a faits patienter en leur envoyant la jeune comtesse Boutheina. Ils sont allés voir le nouveau général des forces armées de Perleria, Bassem Mortis, ex-bras droit du général Lakhdar. Ils ont appris qu’il était sur la sellette et qu’il n’avait aucune information quant à l’envoi de troupe à Carissey.

Grosse désillusion pour la suite de Vladislas Decados : à l’arrivée à Carissey, ils apprennent qu’il n’y aura pas de voyage retour pour Boutheïna al-Malik. Le marquis Delram ad-Dob al-Malik l’a fait déclarer inapte à gouverner par un collège de personnalités dirigé par l’évêque Munus de Perleria. Le butin potentiel d’un continent s’envole pour le chevalier Decados. Cela ne l’a apparemment pas freiné, il a continué à poursuivre sa cour à l’ex-future comtesse.

Pendant la rencontre avec Khemaïs qui suivit l’arrivée de Boutheïna, le recruteur Bridges émet l’idée de destituer Khemaïs pour le remplacer par Boutheïna. Le soi-disant baron Khemaïs en est chamboulé et avec ses ministres (Kiki compris), ils se montent le bourrichon et décident d’éliminer le recruteur pour « donner un avertissement ». Dans le couloir, alors qu’ils s’apprêtent à pénétrer dans la chambre de Bridges, ils rencontrent Ragnarok, l’ukar : ils fuient comme des pucelles. Le lendemain au petit déjeuner, ça se termine en duel entre Khemaïs et Vladislas. Ce dernier gagne le premier sang mais le Decados profite d’une panne de bouclier de Khemaïs pour l’expédier chez les amalthéens.

Les ministres sont expulsés, Boutheïna se fait déclarer baronne par le Parlement de Carissey. Vladislas négocie avec notre cité libre un accord qui convient à tout le monde parce qu’il renonce à tout droit sur les ruines de Bachchar 3 et récupère en échange ses droits de pêche à la daurade. Ils ont aussi négocié un contrat d’armement avec Telmore Bajji, l’aurige.

Vladislas finit par obtenir la main de Boutheïna après lui avoir sorti le grand jeu : balade en glisseur de luxe (équipé d’une chapelle) sur l’océan. D’après mes épingles oreilles placées sous le lit, la nuit de noce a été athlétique : les cul-bénites cachent toujours bien leur jeu !

Boutheïna, Vladislas et les membres de la suite se sont ensuite rendus à Achaeon pour chouiner auprès du dirigeant planétaire, le Comte Yusif al-Malik. Neila Sawad, l’épouse du marquis Delram, les avait précédés. En fin politique, le Comte leur a fait comprendre que dans le conflit qui oppose le marquis Delram et Boutheïna il donnerait raison au vainqueur et tort au perdant. Bridges a rencontré Neïla Sawad dans un bar : elle a essayé de lui expliquer que Boutheïna est une greluche incapable de diriger un continent. Bridges l’a insulté et l’a envoyé paître.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Fading Suns
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Arii Stef
  • : Ce blog consacré aux jeux de rôle sur table a pour objectif de faire partager mon attrait pour des JDRs chers à mon coeur et quelques unes de mes créations dont "Légendes Tahitiennes".
  • Contact

Recherche