Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 19:09
Lady Juliana poursuit son récit.

La Cité maudite, Jour 2, Enfermés dans le temple Ukar

 

La situation n’est pas brillante. Des centaines de fantômes plus ou moins matérialisés nous encerclent et si nous ne pouvons pas leur faire de mal, l’inverse n’est pas nécessairement vrai. Fort heureusement, ils semblent confinés à l’extérieur du temple.

 

L’opportunité de communiquer avec une race aujourd’hui disparue me fait oublier ma peur et c’est équipé d’un fil d’Ariane que je sors du temple pour tenter un « premier contact ». Je tente pour la forme quelques échanges « oraux » avant de me focaliser sur la formalisation en pensées de ce que je souhaite communiquer. BANCO, le contact est établi et prend rapidement la forme de son dans notre propre langue.

 

Nous apprenons que les Kataris :

-          Sont une race éteinte exterminée par les Ukars il y a des siècles.

-          Que le creusement d’une galerie les a libérés de leur tombeau.

-          Qu’ils sont très contents d’être libres.

-          Qu’ils vénèrent le 7ème duc des enfers.

-          Qu’ils haïssent les Ukars qui les ont exterminés.

-          Que selon eux, leur race est morte car ils n’entendent plus rien.

-          Qu’ils nous laisseront partir si nous tuons les Ukar qui nous accompagnent.

 

Un critique en négociation plus tard, nous obtenons un sauf conduit pour tout le monde et en profitons pour se faire guider par nos « hôtes » à la chambre des étoiles Ukar ou nous espérons trouver la machine pensante que nous sommes venus chercher. Hélas, cette salle est elle aussi en ruine. Toutefois, son plafond est constitué d’une immense fresque représentant une carte stellaire. Cette dernière reste difficilement exploitable à cause de la hauteur du plafond et des mousses qui la recouvrent.

 

Ma douce et tendre Clara qui sait si bien manipuler l’électricité réussira à utiliser une pile à fusion pour allumer l’éclairage du plafond, BANCO : la carte se révéle à nous et le nom de la caverne aux étoile prend dès lors tout son sens ! Chaque planéte, route stellaire, coordonnées, nous apparaissent désormais lumineusement et deviennent exploitables. Nous filmons l’intégralité de la carte pour l’étudier ultérieurement.

 

Belriose et François Forban semblent tout deux très excités par cette découverte ! Bel se projette d'ores et déjà dans l’avenir et souhaite détruire la caverne aux étoiles pour que personne d’autre ne découvre les coordonnées du monde perdu. Je ne partage pas du tout cette option et refuse sa demande car :

-          Rien ne prouve que nous avons bien collecté toutes les informations nécessaires.

-          Cela reviendrait à détruire un site historique d’une valeur inestimable.

 

Il a toutefois raison sur un point, d’autres peuvent découvrir avant nous le monde perdu et nous pouvons plus particulièrement nous faire doubler par François Forban dont la morale est à géométrie très variable. Un simple échange de regard entre mon oncle et ma douce scelle le destin de François. Il ne reviendra pas vivant de la cité maudite…

 

Sur le chemin du retour, nous profitons de la fin du tournage de notre film « X » pour convier François à la dernière scène (de sa vie). Hammal Al Malik a très bien compris ce qui se trame et décide de visiter des ruines proches pour ne pas être témoin de la scène. Seul Belriose qui reste à proximité assistera à l’assassinat de François.

 

Le chemin du retour jusqu’aux quais sera ponctué d’une embuscade de Gorilles Blancs au cours duquel je ne devrai la vie qu’à mon bouclier et à ma douce Clara qui démontre à cette occasion qu’elle est bien plus qu’une créature de rêve : elle est léthale au même titre que mon tonton. Une mention spéciale toutefois pour Hammal le preux qui se sera interposé entre moi et l’ennemi. L’attention me touche même si je persiste à penser qu’il devrait arrêter de tuer ses ennemis du plat de l’épée sous prétexte qu’il n’aime pas voir le sang couler. C’est très très cruel pour ses ennemis qui au lieu de mourir rapidement souffrent dans une longue agonie*.

 

* j’aurai aussi pu faire une analogie entre la guillotine et une moissonneuse batteuse …

 

Retour à Naderdak

Nous serons de retour à Naderdak après 3 jours de navigations très « tendus ». Belriose qui ne prend pas bien la mort de son collègue Aurige prends ses distances et nous quitte à Naderdak pour rendre visite à l’administratrice de la ligue. Nous choisissons de l’attendre à la surface ou une éventuelle embuscade sera rendue plus difficile.

 

Loi de Murphy oblige, Palak, le chef du village, nous rend justement visite à la surface accompagné d’une dizaine de gardes équipés pour le combat.

 

Les négociations partent en cacahuète (maladresse) et l’un des gardes de Palak nous attaque. Comme nous risquons de ne pas faire le poids, j’invoque le jugement d’Anikrunta, déesse de la justice Ukar et réclame un règlement du différent entre les champions de chaque camp. Si mon Tonton gagne (c’est mon champion depuis la naissance), Palak nous laisse partir. Si nous perdons, nous leur donnerons ce que nous avons trouvé…

 

Le combat qui semblait dans les premières secondes équilibré se termine par la défaite surprise de Tonton. Il y a surement eu triche !!!

 

Ce faisant, j’avais anticipé l’éventualité d’une traitrise de leur part et leur diffuse donc le récit des Kataris que nous avions filmé. BANCO, les Ukars blanchissent et nous enjoignent à quitter la ville au plus vite ! Gniark gniark : ils ne veulent même pas confisquer la caméra tellement ils ont les foins ! (encore que, c’est juste mon interprétation, mais au moins, ils éprouvent un nouveau respect pour mon Tonton qui a défaut d’avoir été le plus vaillant par les armes l’aura été par son courage dans la cité maudite ! L’honneur du clan est donc presque sauf… car nous avons subi un préjudice ! Le champion de Palak était un moine guerrier, et selon le code de l’honneur Ukar, il ne pouvait en aucun cas être désigné Champion !!!)

 

Aylon

Le voyage du retour s’effectue sans problème aucun et nous prenons le prochain vaisseau pour Aylon. Les 4 semaines du voyage seront consacré à parler la suite des événements.

 

Les discussions avec Belriose sont toujours tendues depuis la mort de Francois Forban et j’ai très certainement sous estimé son attachement aux membres de sa guilde. Je n’éprouve toutefois aucun regret sur le fond. Avec du recul, je pense simplement que nous aurions simplement du empoisonner le traitre Aurige discrètement pour ne pas heurter la sensibilité de Bel.

 

Arrivé à Aylon, chacun use de ses contacts pour obtenir un vaisseau spatial, un peu risqué dans la mesure ou la nouvelle de la découverte des coordonnées d’un monde perdu risque de flitrer rapidement, mais bon, il faut faire avec et respecter les allégences de chaque membre du groupe. Dans ce cadre, le Baronnet Hammal s’adressera à son conseil de famille, mais un problème d’interprétation en  langue fleurie entraine l’échec de la démarche. (Hammal partage avec moi la capacité de faire des maladresses au plus mauvais moment) Belriose à plus de succès et obtient le soutien de « Patrick », un Aurige de haut rang qui dispose de son propre vaisseau spatial. Ma chérie aura elle aussi réussi à se procurer un vaisseau, mais personne ne souhaite écouter sa proposition… C’est soit (probablement une question de prestige pour la faction qui découvrira le monde perdue)

Elle ne s’offusque pas de la situation, je lâche donc l’affaire et me concentre donc sur la mobilisation d’une équipe d’expert à intégrer à ma suite pour le voyage.

 

Hélas, Bel considère cette démarche comme une provocation et refuse tout net. (NdJ : il avait bien raison de refuser car je ne comptais pas embarquer des enfants de cœur)

 

J’obtiendrai tout juste l’embarquement d’un « diplomate religieux Obun » pour nous assister. (le nouveau personnage de Thibaut, comme je n’ai aucune mémoire des noms, nous l’appellerons Tibounette en attendant l’intervention divine du MJ)

 

L’heure du voyage approchant, je mesure de plus en plus les risques qui nous attendent et envisage sérieusement de quitter le groupe pour retourner sur Criticorum et donner un coup de main à Bou. Affronter Delram et les recruteurs est surement moins dangereux qu’un Belriose en colère ;-)  (le souvenir de la disparition des Chaukis me revient en mémoire précisément à ce moment)

 

Ca se jouera à pile ou face : Face, je reste avec ma douce Clara !

 

Le Faucon

Nous embarquons à bord du Faucon Millenium, heuuu poubellium, et nous mettons à disposition du Capitaine qui n’entend pas qu’on lui casse les gonades. Je me contente donc d’actions correspondant à mon niveau technique : tâches basiques, préparation des repas… ainsi que les premiers échanges avec Tibounette pour lui exposer notre mission et la raison de sa présence. (NdJ : ma pénitence commence !)

Comme cette dernière ne demande pas de salaire (vœux de pauvreté), je lui délègue sous certaines conditions la possibilité d’accorder à d’autres xénomorphes dans le besoin ma protection et celle des Juandastaas.

 

Système de Bûcher – Espace de l’inquisition, non loin du Cuirassé « crêve hérétique »

C’est avec beaucoup d’appréhension que « ma suite » et moi-même vivons l’arrivée du faucon dans le système de Bûcher. Et pour cause ! Ma douce Clara est excommuniée par l’orthodoxie et mon Tonton est non réflectif ! Par la grâce du Pan-Créateur, mais aussi celle du techno-blabla Aurige de Bel, nous évitons tout problème avec l’église et attendons le bon moment pour tenter le grand saut. Ce dernier arrive au bout de quelques heures et commence alors un ENORME travaille entre Bel et Patrick. Stupeur ! Bel ne sait pas se servir d’un ordinateur de bord, il calcul tout de tête !!!! Outch !!!! C’est donc Patrick qui s’occupera de la machine pensante du vaisseau et Bel des aspects liés aux routes spatiales. C’est retenant notre souffle que nous assistons au travail des deux Auriges qui alternent les séances de calcul et les communications avec le Cuirassé. Bilan, une succession de critiques en Baratin de Bel permettent de terminer 95% des calculs de saut. Le dernier jet sera un échec qui rendra nécessaire l’intervention indirecte de Thibounette qui se lancera dans une prière improvisée au PanCréateur. Bingo, on nous laisse terminer tranquillement nos calculs et nous sautons vers l’inconnu.

 

Le Monde Perdu

Arrivée sereine dans l’inconnu. Un Vaisseau Chauki détruit dérive à proximité, sans doute pour souhaiter la bienvenue… Comme nous n’avons que deux scaphandre à bord, nous ne prenons pas de risques et reportons à plus tard l’exploration de cette épave.

Les scanner nous indique la présence d’une source d’énergie sur une lune en orbite d’une planète proche. Nous nous en approchons en volant « l’air décontracté » et détectons la présence d’un astroport. Cependant, rien sur les fréquences radios…

Comme les Auriges semblent équipés en standard de grosses corones, ils refusent d’écouter mes jérémiades et décident de se poser sur l’astroport. (j’ai peur, un peu comme Bel quand il fut confronté aux fantômes kataris, sauf que cette fois, c’est lui qui est dans son élément !)

La gravité de cette lune est faible, mais pas au point de nous poser de gros problèmes. Bel devra toutefois sortir en scaphandre pour activer les commandes du hangar à vaisseau.

 

Premier contact

Nous nous retrouvons dans le hangar de ce qui semble être une grande base. Pas de signe de vie… si ce n’est un golem de métal à qui on aurait greffé une machine pensante. HERESIE ! Non je rigole, je ne partage les visions de l’église orthodoxe que si je risque ma vie. Le Robot nous conduit au bureau du commandant de la base qui s’avère être mort depuis 250 ans. La Base est donc entièrement vide. Nos recherches nous permettront d’apprendre plusieurs éléments :

-          Le personnel humain a évacué la base suite à un ordre d’évacuation émit il y a 250 ans.

-          Deux factions (les Gerbilles blanches et les Hamster ténébreux) s’affrontaient il y a 250 ans pour le contrôle de la planète voisine.

-          Ils auraient utilisé des armes nucléaires dans leur conflit.

-          Quelques références sont faites sur les nobles qui semblent n’être qu’une faction mineure.

-          Le soleil de ce monde perdu semble beaucoup plus atteins par le phénomène d’extinction que les autres soleils des mondes connus.

 

Fin de séance.

Partager cet article

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Fading Suns
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Arii Stef
  • : Ce blog consacré aux jeux de rôle sur table a pour objectif de faire partager mon attrait pour des JDRs chers à mon coeur et quelques unes de mes créations dont "Légendes Tahitiennes".
  • Contact

Recherche