Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 14:51

Voici un petit article concernant le JDR Skyrealms of Jorune concernant un aspect de la culture thivin, l'un des races peuplant la planète Jorune
Comme chacun sait, les Thivins sont une race de commerçants et artisans de génie. Hors de leur sens du commerce et de leurs oeuvres, ils sont connus pour être paisibles, adorer les jeux (surtout le mayoo) et avoir une cuisine sauvage pour les estomacs humains !

La cuisine thivin est réputée être infecte de goût comme d'odeur. Il s'agit bien sûr de la cuisine que les thivins se font pour eux mêmes, car quand ils tiennent des établissements de restauration, ils s'adaptent aux goûts de leurs clients. Cette réputation est cependant usurpée, elle est due à des ignares qui ne connaissent ou n'apprécient pas les mets au goût prononcé, voici quelques explications sur les bases de la cuisines thivins agrémentées de la présentation de quelques délicatesses typiquement thivin.

La spécificité de la cuisine Thivin vient de deux types de goûts que les thivins apprécient mais que les humains apprécient peu. Il s'agit de l'amertume et du faisandé. La cuisine thivin s'adapte au pays dans lesquels habitent les thivins mais possède une base commune. Vous trouverez ici des explications sur les habitudes alimentaires des thivins de Burdoth.

Nous passerons ici en revue les manières de cuisiner les mets, les spécialités pour chaque grand type d'aliment et les herbes et épices utilisées par les thivins. Vous trouverez également quelques explications sur plusieurs plats de fêtes.

Les 7 épices et herbes :

La cuisine thivin est basée sur l'utilisation du panier d'épices (LowaHsaa), dont voici les 7 représentants en Burdoth :

- le Saama : cette épice se présente sous la forme d'une poudre noir, elle relève les plats par son goût fort et animal. Elle est ajoutée selon les préparations lors de la cuisson ou lors de la présentation des plats. Elle est fabriquée à partir de poils de beagre grillés et séchés.

- le Humii : il s'agit d'une préparation ajoutée en fin de cuisson donnant de l'amertume à certains plats. On trouve toujours dans les cuisines thivins une jarre contenant cette pâte de bouts de durlig fermentés.

- le JojoHsaa : amère et acidulée à la fois, cette pâte provient de la résine d'un arbre jorunien abondant à Glounda, le GilBit. Il est appelé "Gratte Tout" par les humains pour son pouvoir urticant.

- le Hoposoo : il s'agit d'une poudre obtenue par la cuisson d'herbes diverses, elle est utilisée comme épice mais également comme composant principal de certaines soupes. Son odeur est comparée par des humains ignorants à celle de la fiente de Thombo.

- le Lulsaa-Na : encore une préparation qui fait le régal des Thivins quand elle agrémente les plats. Certains la mangent pure. Elle est faite à partir d'insectes crus et cuits pilés. Le meilleur Lulsaa-Na provient de Miedrinth où la Giggit rentre dans sa préparation. Elle donne un goût typiquement salé et piquant aux mets thivins.

- le Loojo : Le Loojo est une herbe toute simple qu'on trouve dans tous les climats joruniens. Les Iscin l'appelle Gountra, les humains du peuple "Repousse Beagre". Son odeur une fois écrasée est si forte qu'elle repousse même les beagres. A réserver aux estomacs endurcis.

- le OlidiHsaa : l'épice thivin la plus rare et la plus chère. En effet rentre dans sa composition la fiente sêchée et fermentée du Corondon. Les autres ingrédients constituent un mélange de poudres de 13 plantes dont le coditch. Certains commerçants peu scrupuleux remplacent la fiente de Corondon par du crotin de Bochigon. Cette épice est très très relevée.

La préparation des mets :

- le faisandage : beaucoup de plats thivins sont à la base faisandés. Cela signifie que le cuisinier laisse les ingrédients de type viande ou poisson se décomposer légèrement ou les font mariner de longs jours dans des préparations à base d'huiles et d'herbes ou de vins. Ceci renforce le goût des aliments à une limite quasiment insupportable pour les pauvres humains.

- la fermentation : les thivins font souvent fermenter leurs aliments en les plaçant dans des tonneaux, du lait de thombo aigre ou de le sable pendant de longues périodes.

- la cuisson en marmite : les thivins cuisent beaucoup les aliments dans des grandes marmites en forme de jarre posées sur le feu. La viande faisandée et diverses épices, insectes et légumes mijotent de longues heures pour donner des ragoûts succulents...

- le grill thivin : la méthode la plus simple de cuisson chez les thivins, une plaque de fonte posée au-dessus d'un feu. Les thivins y font griller toutes sortes de mets abondamment arrosés de OldiHsaa ou de Lulsaa-Na.

- le four enterré : grands voyageurs, les thivins utilisent ce mode de cuisson lors de leurs pérégrinations. Des pierres chauffées à blancs, un trou dans le sable ou la terre meuble, des aliments enroulés dans des feuilles d'arbres, une cuisson de toute une nuit et des aliments prêts pour le petit déjeuner.

Les Différents Aliments :

Viandes : les thivins mangent toute sorte de viandes, le thombo, le dothobider bien sûr, mais également le pibber, le beagre, le tarro, un petit peu de tout... Généralement faisandée ou fermentée parfois crue, la viande fait le régal des petits et des grands...

Poissons : là encore, les thivins mangent de tout mais ils apprécient particulièrement le poisson cru fermenté et les préparations de poisson mort depuis 20 jours au Loojo ou à l'Hoposoo.

Les insectes : les thivins apprécient les insectes de toute sorte et de toute taille comme condiment, plat principal, friandise pour les enfants ou dans leurs boissons.

Légumes : queues de durlig, coditch et durlig rentrent dans les compositions des soupes et des ragoûts.

Boissons : Les boissons thivins sont classées en plusieurs sortes, les Yossami à base de sang, les Holami, à base de lait de thombo fermenté, et Yidami qui regroupent les alcools forts. Les thivins apprécient bien sûr le rusper mais ne supportent pas le malmee.

Quelques plats traditionnels:

- le Thombo de cent jours : plat de fête par excellence, sa réalisation est simple. On abat un Thombo, on le place dans un trou dans le désert (suffisamment profond pour ne pas attirer les prédateurs) et 100 jours après on le déguste cru ou cuit dans un mélange des 7 épices, avec ses vers bien sûr.

- la marmite du chef : grande jarre où quelques durligs cuisent avec la viande faisandée de la semaine passée qu'on agrémente de deux ou trois épices.

- la soupe du thivin : Mélange de durlig et de Coditch bien épicé bouilli dans une eau fortement imprégnée de Humii et d'Hoposoo. On laisse réduire une heure pour concentrer la soupe et les saveurs.

- la coupe de bien-venue : mélanger vin, sang de thombo frais et whall. Agrémenter de vers blancs et croquants.

J'espère vous avoir donner envie de surpasser vos préjugés et de passer à la table de vos amis Thivins.
Sholari Stef

Partager cet article

Repost 0
Published by Arii Stef - dans JDR : Jorune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Arii Stef
  • : Ce blog consacré aux jeux de rôle sur table a pour objectif de faire partager mon attrait pour des JDRs chers à mon coeur et quelques unes de mes créations dont "Légendes Tahitiennes".
  • Contact

Recherche